- PUBLICITÉ -
Budget Bachand: les députés Gauvreau et Ratthé réagissent

Le député de Blainville

Budget Bachand: les députés Gauvreau et Ratthé réagissent

Les députés de Groulx et Blainville, René Gauvreau et Daniel Ratthé, ont décrié cette semaine, chacun de leur côté, le budget déposé par le ministre Raymond Bachand.

«Ce budget n’est rien d’autre qu’une déclaration de contrôle des dépenses, ce que le gouvernement n’a pas réussi à faire à ce jour. C’est un budget morne et mollasse», a dépeint M. Gauvreau.

Du côté de M. Ratthé, c’est la dette qui inquiète davantage et la sous-estimation qu’en a fait le gouvernement. «Avec un paiement, en intérêts seulement, de 28,5 millions de dollars par jour, vous comprendrez qu’il n’y a plus aucune marge de manœuvre», a-t-il pointé.

Toujours selon M. Ratthé, les grands oubliés de ce budget sont encore une fois la famille et la classe moyenne. D’abord parce que la promesse des places en garderie n’a pas été tenue. Pire, dit-il, elle est carrément disparue des priorités. Ensuite parce que la classe moyenne, malgré que le gouvernement se réjouisse de ne pas avoir augmenté son fardeau fiscal, continue de payer plus que sa large part.

«C’est vrai qu’il n’y a pas eu de nouvelles hausses de taxes. Mais depuis quelques années, avec la hausse de la TVQ et l’instauration des taxes sur la santé et l’essence, par exemple, c’est 16 milliards de dollars qui ont été pigés directement dans les poches des familles. En échange de quoi? On attend toujours en moyenne 20 heures dans les urgences et rien n’est fait pour contrer le décrochage scolaire», dénonce-t-il.

Autre point qui fait sourciller M. Ratthé: le Fonds des générations, dont le rendement se révèle inférieur (2,1 %) au taux d’emprunt (4,4 %). «S’il n’en tenait qu’à nous (CAQ), ce fonds serait aboli au profit du service de la dette», a-t-il laissé tomber.

Plan Nord et mouvement étudiant

Pour M. Gauvreau, ce budget ne représente rien d’autre qu’une relance des sommes déjà annoncées, avec très peu d’argent frais. «C’est vrai que le Crédit d’impôt pour aidant naturel augmente. Mais en passant de 602 $ à 700 $, on est loin de faire la fête», a-t-il commenté. Sans compter le Plan Nord, auquel le gouvernement semble accorder toute son attention. «Si ça ne marche pas, on va tout perdre», opine-t-il.

Enfin, M. Gauvreau s’inquiète du fait que le gouvernement s’entête à vouloir hausser les frais de scolarité et s’obstine dans son refus d’ouvrir la discussion avec les étudiants. «Selon moi, ce comportement du gouvernement ne fait que prouver qu’il connaît bien mal le mouvement étudiant», a-t-il conclu.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top