- PUBLICITÉ -
Boisbriand: une autre course électorale pour Lyne Levert

Lyne Levert sera à nouveau candidate au poste de conseillère dans le district Sanche

Boisbriand: une autre course électorale pour Lyne Levert

La conseillère municipale Lyne Levert a fait savoir, mardi, que son nom serait bien inscrit sur la liste des candidats au poste de conseiller du district Sanche, à Boisbriand, au scrutin municipal du 3 novembre prochain.

Mme Levert estime qu’elle a encore beaucoup à apporter à ses concitoyens. «Je tiens à continuer de défendre les intérêts de mes citoyens du district Sanche, mais aussi à avoir une vraie vision pour la ville et faire bouger les différents dossiers qui permettront à l’ensemble des citoyens de Boisbriand d’être fiers de leur ville», a affirmé Mme Levert, à l’occasion d’un point de presse au parc Pellerin, mardi.

Rappelons que Mme Levert représente les résidants du quartier Sanche depuis 2005. Elle faisait alors partie de l’équipe de l’ancienne mairesse Sylvie St-Jean, qui a été arrêtée en 2011 et fait face à sept accusations, dont complot pour abus de confiance, corruption et fraude.

À la suite de ce scandale, Lyne Levert a décidé de se distancer de son ancienne équipe et d’agir à titre de conseillère municipale indépendante. Celle-ci y voit plus un réel avantage. «En étant indépendante, je peux poser des questions sur différents dossiers de la Ville sans avoir à respecter l’agenda politique d’un chef», explique-t-elle.

Pourtant, de nombreux citoyens assistant régulièrement aux séances du conseil municipal ont remarqué la position commune du vote exprimé sur différents sujets par les quatre conseillers indépendants, ceux de l’ancienne équipe Saint-Jean, ainsi que leurs remarques et commentaires qui vont régulièrement dans la même direction, offrant l’image d’un conseil municipal divisé.

Un hasard, selon Lyne Levert, qui affirme ne pas faire équipe avec les conseillers Sauriol, Lavallée et McKinley. «On ne se voit pas du tout, on ne se rencontre pas, on ne se parle pas. Je ne peux même pas vous dire s’ils se représenteront», a-t-elle tenu à préciser.

Du même coup, la conseillère Levert s’est dite ouverte à collaborer avec Marlene Cordato, si elle réélue en novembre, une femme qui, de son propre aveu, «est quelqu’un de bien et qui s’exprime bien». Tout ce qu’elle attend de l’administration en place, a-t-elle ajouté, c’est qu’elle lui laisse s’occuper de ses propres dossiers.

Parmi ceux qui retiennent son attention, on retrouve en priorité l’usine Desco, laquelle, soit dit en passant, a reçu la semaine dernière la visite d’un inspecteur du ministère de l’Environnement, à la suite de plaintes répétées des résidents proches, à propos des odeurs incommodantes. Ses recommandations sont attendues. Mme Levert assure qu’elle mènera ce dossier jusqu’au bout.

Quant à sa campagne électorale, Lyne Levert entend se limiter à un budget de 1 000 $ pour payer ses pancartes, dépliants et cartes d’affaires.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Concours

Concours IGA Daigle
- PUBLICITÉ -
Top