- PUBLICITÉ -
Boisbriand: Martin Drapeau critique ses adversaires

Martin Drapeau

Boisbriand: Martin Drapeau critique ses adversaires

Après les candidats Lavallée, Frégeau et Labelle, le chef du parti Action citoyenne de Boisbriand, Martin Drapeau, a fait une sortie publique, jeudi dernier, s’en prenant à ses adversaires de la présente campagne électorale à Boisbriand.

Non seulement Martin Drapeau critique la mairesse Marlene Cordato pour sa gestion de la dette publique, mais il remet du coup en question la crédibilité de ses autres adversaires sur le sujet.

S’en prenant d’abord à Mme Cordato, il lui reproche de présenter un taux d’endettement en diminution de 20 % depuis 2009. Selon lui, la dette serait plutôt passée de 118 M $ à 121 M $, se traduisant ainsi par une nette augmentation. Ce serait la hausse de la richesse foncière qui a fait diminuer les taux d’endettement, fait-il valoir dans un communiqué.

M. Drapeau affirme que Sylvain Labelle fait pour sa part campagne avec les anciens élus de l’équipe St-Jean, Mario Lavallée, Lyne Levert et Gilles Sauriol, «des gens qui n’ont rien vu ou qui ne voulaient rien voir», se permet-il de souligner.

Il doute notamment que Sylvain Labelle, à titre d’ancien chef du syndicat des pompiers, puisse avoir une quelconque crédibilité auprès des employés municipaux lors d’éventuelles négociations entourant leurs conventions collectives. De plus, le candidat Labelle lui aurait confié avoir bénéficié d’une entente avec la Ville en quittant ses fonctions de pompier, situation qui devrait être rendue publique selon M. Drapeau.

Quant à Robert Frégeau, il le considère incohérent dans ses propos. «Le candidat Frégeau déplore l’impact des décisions qui a lui-même approuvées (la réfection de l’usine d’épuration à 34 M $ plutôt que le 17 M $ prévu et l’emprunt de 25,3
M$ pour l’échangeur 15-640) lorsqu’il siégeait au conseil municipal», fait-il remarquer. «Je considère qu’il représente avec loyauté plusieurs conseils municipaux que nous avons connus à Boisbriand ces dernières années», souligne le chef de l’Action citoyenne de Boisbriand.

En conclusion, Martin Drapeau estime qu’il est le seul à pouvoir sortir Boisbriand d’une situation qu’il qualifie d’impasse financière. Il assure que lui et ses trois candidats n’ont pas les mains tachées par les scandales et erreurs du passé et qu’ils ont des idées intéressantes à proposer pour redresser l’état actuel des finances.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top