- PUBLICITÉ -
Boisbriand: Marlene Cordato bien décidée à briguer un second mandat

La mairesse Marlene Cordato sera à nouveau dans la course à la mairie

Boisbriand: Marlene Cordato bien décidée à briguer un second mandat

Se disant fière du travail accompli depuis 2009, Marlene Cordato, l’actuelle mairesse et chef du parti Ralliement des citoyens de Boisbriand, a annoncé mardi dernier qu’elle briguera un second mandat au scrutin municipal du 3 novembre prochain.

«Le travail amorcé depuis quatre ans a porté fruit. J’ai le sentiment d’avoir accompli ce pourquoi les citoyens m’ont élue, d’avoir répondu à leurs attentes, d’avoir livré la marchandise», a souligné Mme Cordato lors d’un point de presse tenu tout juste avant la séance du conseil municipal du 20 août.

Celle-ci affirme avoir pris le temps de réfléchir avant de se décider. Dans le contexte actuel de crise affectant les élus municipaux, tout n’a pas été facile pour elle. «Les crises qui ont secoué Boisbriand ont eu des répercussions non négligeables non seulement sur mon travail, mais aussi dans ma vie personnelle. Ces quatre dernières années n’ont pas été de tout repos et mon entourage et moi-même avons dû supporter des épreuves qui feraient reculer le plus résistant d’entre nous», tient-elle à préciser.

Il n’est pas inutile de rappeler que Mme Cordato et le conseiller Patrick Thifault sont tous deux à l’origine de la crise que traverse le monde municipal depuis quelques années puisqu’ils ont été les premiers à dénoncer publiquement les tentatives de corruption et de collusion auxquelles font face certains élus. À la toute veille des élections municipales de 2009, l’entrepreneur Lino Zambito avait tenté de les dissuader d’entrer en campagne électorale, tel qu’on a pu le voir dans l’émission Enquête diffusée sur Radio-Canada, le 15 octobre de la même année.

On connaît la suite : la corruption dans le milieu municipal a attiré l’attention des médias, ce qui a eu pour effet de mettre en lumière les pratiques décisionnelles fort contestables des élus. Depuis, il y a eu l’Opération Marteau et, plus récemment, la commission Charbonneau. Mais la Ville de Boisbriand s’est retrouvée sur la sellette plus souvent qu’à son tour et a dû subir de fréquentes visites des enquêteurs. S’en est aussi suivie l’arrestation des anciens maires Robert Poirier et Sylvie Saint-Jean, qui devront sous peu subir un procès avec plusieurs charges contre eux, notamment pour fraude et collusion.

Mme Cordato a répété plus d’une fois qu’elle ne s’attendait jamais, en 2009, à déclencher une telle tempête dans le monde municipal. Mais elle a tenu le fort et a amorcé les changements qu’elle jugeait essentiels dans la gestion de sa municipalité. «Il a fallu de la détermination», dit-elle.

Or, depuis quatre ans, la situation financière de la Ville s’est nettement améliorée, fait-elle valoir, et les employés municipaux se dévouent à la tâche avec une fierté renouvelée pour leur ville. La mairesse se félicite d’avoir réussi à scinder la politique et l’administratif. «Une nouvelle et réelle séparation du politique et de l’administratif a su redonner à chacun ses responsabilités et devoirs et a aidé la Ville à avancer dans la bonne direction», souligne-t-elle.

Un premier mandat mouvementé, somme toute, mais qui ne lui a pas enlevé sa passion pour sa ville. «J’ai la volonté profonde de continuer sur cette lancée, de mener à terme les projets en cours, de développer encore de nouvelles idées pour Boisbriand et de poursuivre ma mission initiale, c’est-à-dire de redonner aux citoyens et employés la fierté de leur ville.»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top