- PUBLICITÉ -
André de Carufel, Blainville, maire, décès

André de Carufel (1929-2020)

Blainville: décès de l’ex-maire André de Carufel

L’ex-maire de Blainville André de Carufel est décédé le 21 septembre dernier, à l’âge de 90 ans. Élu en 1973, M. de Carufel devenait alors le deuxième maire de cette municipalité (après Roger Boisvert) qui ne comptait alors que 10 000 habitants.

Durant le seul mandat qu’il y a exercé avant de retourner dans le monde des affaires, en 1977, André de Carrufel a présidé à la récupération des terrains du camp Bouchard et lancé d’importants chantiers. «Lors de ma campagne, j’avais promis de loger les employés municipaux et de mettre de l’ordre dans la ville. Quand je suis parti, j’ai laissé un hôtel de ville, un poste de police, un garage municipal et un surplus de 225 000 $», racontait l’ancien maire, dans une entrevue publiée dans ce journal, en juin 2018.

Dans un texte publié sur la page Facebook Le Térésien, Gilles Charron, de la Société d’histoire et de généalogie des Mille-Îles, rappelle aussi l’engagement de l’homme dans sa communauté (membre Comité de surveillance de la Caisse Populaire du Plateau, trésorier du Club de hockey Junior de Sainte-Thérèse, membre du Club Rotary, membre de la chorale locale, etc.) et le caractère éclectique de son parcours professionnel (agent d’immeubles, garagiste, propriétaire d’un motel à Lennoxville, d’une auberge à Mirabel et d’un autre motel à St-Albans au Vermont; il a fait partie d’un groupe d’entrepreneurs en 1963, ayant ouvert au centre-ville de Montréal la première discothèque en Amérique du Nord).

Témoignages

De nombreux témoignages de sympathie accompagnent la publication de ce texte, dont celui de l’ancien directeur général de la Ville de Blainville, Paul Allard, qui estime que l’acquisition des terrains du Plan Bouchard «est à l’origine de la ville de Blainville telle qu’elle est aujourd’hui». Aussi, M. Allard est d’avis que le chemin du plan Bouchard devrait être rebaptisé au nom de cet ancien maire.

On a également salué la gentillesse et la grande capacité d’écoute de cet homme qui s’était lancé dans la course à la mairie sans détenir aucune expérience dans ce domaine. À noter qu’il a fait un retour en politique, de 1983 à 1985, à titre de conseiller municipal, avec l’équipe de Paul Mercier.

André de Carufel laisse dans le deuil son épouse Thérèse Cantin, ses enfants Louis et France, ses petites-filles chéries Ariane et Valérie, tous les membres de sa famille, ses indéfectibles amis Gilles et Roland et tous ceux à qui il adorait raconter ses histoires, tel que mentionné dans l’avis de décès publié par Coopérative funéraire des Laurentides.

On y indique que la famille, dans le contexte particulier de la pandémie, a exprimé le désir de l’honorer dans la plus stricte intimité. Des dons en sa mémoire, à la Fondation Cité de la Santé, seraient appréciés.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top