- PUBLICITÉ -
Annick Hupperetz tire à boulets rouges sur l’administration Surprenant

(Photo Michel Chartrand)

Annick Hupperetz tire à boulets rouges sur l’administration Surprenant

Candidate défaite à la mairie de Sainte-Thérèse

Réunie avec la presque totalité des candidats qui ont fait l’élection avec elle et du seul élu de sa formation, le conseiller Michel Milette, Annick Hupperetz, candidate à la mairie de Sainte-Thérèse défaite le 1er novembre dernier, est revenue à la charge cette semaine en lançant une série d’allégations contre la mairesse Sylvie Surprenant et son administration.

«Disposant de peu de moyens lors de la dernière élection, nous avons tout de même réussi à faire élire un de nos candidats. Je rappelle également à la population que j’ai obtenu plus du tiers des voix à la mairie et ça, c’est un message clair envers Mme Surprenant», a-t-elle déclaré d’entrée de jeu.

En substance, Mme Hupperetz reproche à l’administration en place son manque de transparence dans le traitement de certains dossiers. Tirant dans plusieurs directions à la fois, Mme Hupperetz s’est attardée une fois de plus sur les réelles motivations de la Ville quant au développement de la bande de terre longeant l’autoroute 15, entre les sorties 23 et 25, communément appelée la terre Deschambault. Rappelons que cette terre n’appartient pas à la Ville et qu’elle est toujours située en zone agricole.

Pour ce qui est de l’intention de la Ville de transformer l’immeuble de la rue Turgeon en maison du citoyen, Mme Hupperetz évoque l’augmentation de 74,1 % du taux d’endettement de la Ville au cours des sept dernières années. «Avons-nous vraiment les moyens d’acquérir cette bâtisse?», a-t-elle soulevé.

Quant à l’usine de purification de l’eau, mise à niveau au cours des dernières années, un bris au niveau d’un des deux ozoneurs (instrument utilisé dans le traitement de l’eau) a retenu l’attention de Mme Hupperetz. Cette dernière a de plus ajouté qu’elle travaillait en ce moment à réviser l’ensemble des procès-verbaux de la Ville de Sainte-Thérèse, et ce, depuis 2001. «Nous nous questionnons sérieusement sur l’octroi des contrats. Advenant que nous trouvions des irrégularités, nous les dénoncerons auprès des autorités compétentes», s’est-elle contentée d’indiquer.

Quant à Michel Milette, conseiller dans le district Ducharme, il a clairement manifesté son mécontentement face aux deux seules commissions (Table d’études sur la pauvreté et Comité de la MRC de Thérèse-De Blainville sur les pesticides) qui lui ont été confiées lors de son assermentation, le 16 novembre dernier, comparativement au conseiller Normand Toupin, aussi un nouveau venu, et qui a reçu cinq nominations. «Pour moi, c’est clair, Mme Surprenant a tassé l’électorat de mon district», a-t-il lâché. M. Milette déplore le fait que ses deux commissions soient bénévoles alors que M. Toupin sera rémunéré pour deux commissions et bénévole sur trois autres.

Enquête

Enfin, Mme Hupperetz a terminé son point de presse en déclarant que son parti, Vision Action Sainte-Thérèse, avait logé une plainte auprès du Directeur général des élections (DGE) en raison de «plusieurs anomalies relevées tout au long de la campagne et particulièrement la journée des élections». Vérification faite auprès du porte-parole du DGE, Denis Dion, il appert qu’une enquête soit bel et bien en cours. Il n’a toutefois pas été possible d’en connaître la nature, la plainte étant confidentielle. «Tout ce que je peux vous dire, c’est que le DGE a jugé qu’il y avait matière à envoyer un enquêteur et je confirme la tenue d’enquête», a dit M. Dion.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top