- PUBLICITÉ -
Alexandre Toulouse crée un costume de robot haut de trois mètres

Alexandre Toulouse Crée Un Costume De Robot Haut De Trois Mètres

Alexandre Toulouse Crée Un Costume De Robot Haut De Trois Mètres

Alexandre Toulouse crée un costume de robot haut de trois mètres

Il partage cette passion avec son père

Alexandre Toulouse, jeune résidant de Lorraine, passera l’Halloween cette année, malgré ses 18 ans, lui qui a confectionné son propre costume aidé de son père Michel. Le 31 octobre au soir, il se promènera dans les rues de la ville en compagnie d’un jeune voisin. L’étudiant au cégep ne ramassera pas de friandises, mais sera déguisé en robot haut de trois mètres et pesant 330 livres.

L’idée de confectionner ce costume imposant a germé dans sa tête il y a deux ans, alors que le père et le fils étaient au travail dans le garage de la maison familiale, concentrés sur un projet appelé «Alex 4» .

- Publicité -

«Nous avons débuté la partie pratique, soit la construction du robot au début du mois de juillet dernier, mais la conception en tant que telle a commencé lorsque j’étais en cinquième année du secondaire, moment où je réalisais un projet d’école, un bolide construit à partir de tuyaux ABS et de morceaux de scooter» , ajoute celui qui étudie aujourd’hui en art visuel au collège Lionel-Groulx.

Véritables passionnés, et ce, depuis longtemps, ils ont créé ensemble différents costumes d’Halloween. Se remémorant certaines de ses créations très bien réussies, Alexandre confie qu’il a déjà personnifié un Predator, personnage de fiction mis en vedette dans un film d’horreur homonyme datant de 1987.

Michel, de son côté, raconte qu’ils ont créé ensemble des costumes de «Docteur Octopus» , antagoniste majeur de la saga Spiderman, et de «Terminator» , le personnage mythique portant les traits de l’acteur Arnold Schwarzenegger.

Ces costumes ont été immortalisés en photos, puis affichés dans un cadre posé sur le mur du garage familial, là où les deux hommes y consacrent beaucoup de temps, aux dires de la mère.

Alex 4,5… DOW pour les intimes

«Une vingtaine de minutes sont nécessaires pour enfiler le tout et ça nécessite l’effort de deux personnes. Je dois obligatoirement être assis lors du processus. Pour me lever, c’est une autre histoire! On doit me pousser dans le dos» , explique Alexandre Toulouse, lui qui prend d’ailleurs plaisir à raconter la première fois où il a essayé sa création à l’extérieur, dans la rue.

Il avoue que plusieurs voisins, ainsi que des curieux circulant en voiture dans son quartier, se sont arrêtés, impressionnés, pour prendre des clichés. L’expérience qui devait durer quelques minutes a pris, en réalité, plusieurs heures.

Une fois dans son costume, il est en effet impossible de voir le visage du jeune Lorrain, caché derrière une vitre d’acrylique fixée sur le ventre de la bête rouge.

Alexandre porte d’ailleurs un casque, qui lui permet de contrôler la caboche du robot avec un système de câbles très bien pensé. La création peut ainsi faire des signes de la tête, répondre par oui ou par non, lorsqu’un curieux lui pose une question. Des lampes de poche lui servent également d’yeux. Son front est muni d’un pointeur laser.

«Sa tête est totalement mobile, mais il ne peut pas cligner des yeux» , déplore, avec une teinte d’humour, le jeune homme.

Aux dires du père, le projet, très réussi, a nécessité plusieurs centaines de dollars en peinture et en pièces. On avoue que le déguisement servira pour deux ans. Les hommes se lanceront peut-être dans un autre projet du genre par la suite.

Une promenade à Lorraine

Comme nous l’avons spécifié, le soir de l’Halloween, Alexandre accompagnera un jeune voisin dans sa récolte de friandises, lui qui sera déguisé en savant, créateur du robot qu’il «contrôlera» à l’aide d’une télécommande.

«Nous lui avons proposé d’être la personne qui me contrôle avec une manette. Je vais être dernière lui et le suivrai. Je ne fais pas ça pour les bonbons, bien entendu!»

Les habitants de la Ville de Lorraine sont avertis. Ils apercevront peut-être un robot géant de trois mètres dans la rue. Alexandre assure qu’il est très gentil!

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top