- PUBLICITÉ -
Acquisition du Centre d’excellence: Mouvement Blainville compte interpeller le ministre

Louis Lamarre et Florent Gravel

Acquisition du Centre d’excellence: Mouvement Blainville compte interpeller le ministre

En réaction à l’annonce de l’acquisition du Centre d’excellence Sports Rousseau par la Ville de Blainville, Florent Gravel, chef du parti Mouvement Blainville et candidat annoncé à la mairie en vue du prochain scrutin, a convoqué un point de presse pour confirmer son opposition au projet.

«En ce qui nous concerne, l’offre est rejetée et nous disons non à l’acquisition du Centre d’excellence dans un partenariat 90/10 avec la Ville de Boisbriand», a-t-il établi d’entrée de jeu.

Également présent, le conseiller municipal et candidat aux prochaines élections, Louis Lamarre, a pour sa part rappelé que le projet devra d’abord être entériné par le ministre des Affaires Municipales, des Régions et de l’Occupation du Territoire, précisément là où il compte intervenir, au nom du Mouvement Blainville, pour faire avorter la transaction.

«Il ne faut pas oublier que le ministre doit, bien sûr, approuver tout ça. Aujourd’hui, nous nous levons pour protester contre ce projet de partenariat 90/10», a déclaré M. Lamarre, rappelant qu’il faut être deux pour valser. Ce dernier compte d’ailleurs faire la démonstration, auprès ministre, de l’iniquité de la situation pour les contribuables blainvillois. «Si c’était si rentable, je serais le premier à l’acheter», a-t-il ironisé.

Rappelons qu’à la suite d’une entente survenue entre les Ville de Blainville et Boisbirand concernant la création d’une régie, un partage des actifs et des dépenses, dans une proportion de 90 % pour Blainville et de 10 % pour Boisbriand, est prévu. Quant à la bâtisse même, après révision du financement du Centre et des autorisations ministérielles requises à l’égard des engagements éventuels de Blainville, elle deviendra propriété de la Ville de Blainville.

Une acquisition de 27 millions de dollars

Outre les heures de glace à protéger et le fait que le Centre soit situé hors du territoire de Blainville, le montant de la transaction, estimé à 27 millions de dollars par MM Gravel et Lamarre, semble être au cœur du problème. Ce montant inclut notamment les taxes municipales impayées pour les années 2010, 2011 et 2012, pour une somme de 1,8 millions de dollars, le loyer impayé du terrain qui s’élève, selon les chiffres avancés, à 500 000 $, et les 7,05 millions de dollars d’en lieu de taxes, soit la compensation que la Ville de Blainville, une fois propriétaire du Centre d’excellence, devra verser annuellement à la Ville de Boisbriand pour les services municipaux, en lieu et place des taxes foncières, pendant 30 ans. Ce calcul ne tient toutefois pas compte de la subvention du gouvernement du Québec, obtenue en 2009 pour la construction du Centre, soit une somme de 7,1 millions de dollars, qui sera transférée à la Ville de Blainville, réduisant d’autant le coût.

«Le maire et les conseiller du Vrai Blainville doivent montrer patte blanche. 27 millions d’investissement dans un dossier nébuleux, c’ est inacceptable», ont-ils commenté. Dans la foulée, les deux hommes demandent à ce que les états financiers vérifiés depuis l’ouverture du Centre d’excellence soient rendus publics ainsi que le nom des professionnels impliqués dans sa construction, en plus des documents d’appels d’offre, des plans et devis et la liste des soumissionnaires.

Mentionnons que selon le montage financier présenté par le maire François Cantin, au moment de l’annonce de l’acquisition, il y a quelques semaines, on maintient que l’affaire est rentable et que l’investissement s’autofinancera grâce aux revenus générés par le Centre d’excellence, couvrant même les dépenses de gestion.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top