- PUBLICITÉ -
À la tête de la section Québec, Alain Harvey envisage une relance

L’Association internationale des enquêteurs incendie vient d’élire Alain Harvey, un résidant de Sainte-Anne-des-Plaines, à titre de président de la section Québec.

À la tête de la section Québec, Alain Harvey envisage une relance

Association internationale des enquêteurs en incendie

L’Association internationale des enquêteurs incendie vient d’élire Alain Harvey, un résidant de Sainte-Anne-des-Plaines, à titre de président de la section Québec.

«Cette association est la plus grosse au monde avec ses 71 chapitres, dont celui du Québec, et certainement la plus prestigieuse au niveau international en matière d’enquêteurs incendie», expliquait-il d’emblée, au lendemain des élections du 19 juin dernier. L’Association, en anglais l’IAAI (International Association of Arson Investigators), regroupe autant les policiers, les pompiers, les ingénieurs que les avocats, bref, tous ces gens qui, de près ou de loin, jouent un rôle actif dans l’évolution d’une enquête en matière d’incendie. «Le but c’est de les amener à parler le même langage», ajoute-t-il.

Avec pour principaux défis la restructuration de l’aile québécoise, dont la situation est, selon lui, demeurée stagnante depuis deux ans, et la promotion de sa mission auprès des différents intervenants en matière d’enquête incendie dans tout le Québec, le nouveau président se réjouit du fait que déjà quelque 40 personnes soient membres de l’Association. Des gens qui proviennent, entre autres, de la Sûreté du Québec et des services de police de Montréal et de Terrebonne, sans compter des experts du Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale ainsi que des pompiers du Québec. «D’ici décembre prochain, nous souhaitons compter 75 membres», précise-t-il, ajoutant que la mise en place de la nouvelle équipe de direction et de son plan d’action commence déjà à porter ses fruits.

Programmes de formation

Soulignons que la mission de l’IAAI consiste à offrir à ses membres de l’information en matière d’enquête incendie par le moyen de programmes de formation. «Pour ce faire, nous avons élu à titre de directeur de la formation Gilles Rudolphe, ex-policier-enquêteur des crimes majeurs de la Sûreté du Québec. La qualité de ses formations est reconnue même en France, où il enseigne l’enquête incendie», a pointé M. Harvey.

Déjà, une première formation se déroulera le 8 septembre prochain, à Boucherville. Il y sera notamment question de la prise de photos et de la protection des évidences sur les scènes incendie. En attendant la mise en ligne du site Web [www.iaaiquebec.ca], prévue au cours des prochaines semaines, l’information concernant cette formation circulera via le réseau interne des services de police et de sécurité incendie. Également au menu, la tenue possible dans la région de Montréal, en 2014, de l’International de l’IAAI, un rassemblement de quelque 500 à 600 personnes. «Nous avons fait la demande et pour le moment, la porte n’est pas fermée», a indiqué M. Harvey.

Ex-policier-enquêteur reconnu aujourd’hui à titre de témoin expert en causes d’incendie, M. Harvey est également formateur accrédité auprès du centre de formation continue IFC Formation Investigation.

Quant à l’IAAI, fondée dans le Kentucky en 1949 par George Parker, elle compte aujourd’hui plusieurs milliers de membres actifs répartis dans 71 sections dont, entre autres, celles d’Australie, d’Irlande, d’Israël, sans oublier le Canada ainsi que de nombreuses constituantes dans tous les États-Unis. Pour en savoir davantage, visitez le site Web [www.firearson.com].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top