- PUBLICITÉ -
Journal Nord Info et La Voix des Mille-Îles

200 000 kilomètres à vélo pour les élèves d’Oka

Pour une dixième année consécutive, une centaine d’élèves de la deuxième secondaire de l’École secondaire d’Oka vont partir pendant six jours, soit du 18 au 23 mai prochain, pour une longue balade à vélo.

Le cumulatif des kilomètres franchis par les participants depuis le début du projet s’établit maintenant à 200 000 kilomètres.
«Nous sommes fiers de ce projet qui en est à sa dixième année d’existence. Pour nos jeunes, c’est un rythme de passage de l’enfance à l’adolescence», a déclaré André Lussier, chef du programme d’éducation internationale (PEI) 2e secondaire de l’École secondaire d’Oka, qui a bien pris soin de souligner le précieux travail des principaux organisateurs, Jean Otis et Annick Poulin.

Les jeunes empruntent la piste du P’tit Train du Nord pour une randonnée de 400 kilomètres. D’abord, une quarantaine d’élèves vont faire le trajet de Saint-Jérôme à Mont-Laurier. Puis, pour le retour entre Mont-Laurier et Saint-Jérôme, 60 autres élèves vont se joindre au premier groupe.

Quinze ans d’action pour la Fondation Émile-Z.-Laviolette

En 1994, au moment de sa mise sur pied, la Fondation Émile-Z.-Laviolette (FEZL) s’était donné pour mission de fournir de l’assistance financière ou matérielle aux organismes qui soutiennent, préférablement par des programmes d’aide en nourriture, les enfants de familles à faible revenu de la région. Une mission qui perdure, depuis 15 ans, grâce à la générosité et l’altruisme de bien des gens, comme en témoigne le président, Bertrand Samson.
«Les 15 ans de la Fondation se traduisent aussi en chiffres, par un million de dollars d’aide apportée aux enfants de chez nous», a-t-il indiqué, profitant de la tribune pour saluer le travail du président fondateur, Ronald Biard, et du directeur général fondateur, Jean-Jacques Bouchard, longtemps considéré comme le cœur et le moteur de la FEZL. «La Fondation poursuit son œuvre aujourd’hui en lançant sa campagne annuelle de financement. Plus que jamais les besoins se font sentir en ces temps de récession. Mais nous demeurons confiants d’atteindre néanmoins nos objectifs qui ont été fixés à 194 000 $», a-t-il dévoilé.

Des bacs de recyclage et récupérateurs de piles à Saint-Eustache

Les autorités de la Ville de Saint-Eustache ont annoncé que les bâtiments et tous les lieux publics municipaux seront dorénavant munis de bacs de récupération à trois voies ainsi que de récupérateurs de piles.

Entièrement subventionnés en vertu d’un programme de la Table de récupération hors foyer, s’adressant aux villes de la MRC de Deux-Montagnes, les bacs de récupération à trois voies appelés Multiplus permettront de disposer distinctement des matières telles que le papier, le plastique, le métal et le verre. La troisième section du bac est conçue pour recevoir les déchets putrescibles.

Pour ce qui est des récupérateurs de piles, ils se retrouveront dans 11 bâtiments municipaux assidûment fréquentés par les citoyens. Selon Environnement Canada, il s’est vendu au Québec, en 2006, plus de 120 millions de piles, ce qui représente 4 000 tonnes de matières toxiques comme le plomb, le mercure, le cadmium, le nickel et le zinc.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top