- PUBLICITÉ -
Le dialogue reprend entre Paul Larocque et Julie Boulet

(Photo Michel Chartrand)

Le dialogue reprend entre Paul Larocque et Julie Boulet

Moment charnière dans le dossier du parachèvement de la 19

Une dose supplémentaire d’optimisme permet au maire de Bois-des-Filion et président de la Coalition pour le parachèvement de l’autoroute 19, Paul Larocque, d’envisager un dénouement sur la question, puisque le dialogue avec la ministre des Transports du Québec, Julie Boulet, s’est réamorcé, laissant poindre la possibilité d’une rencontre au cours des prochaines semaines.

Ce sont les plus récents développements que Paul Larocque avait à communiquer à la presse régionale, le 16 mars dernier, au Centre culturel de Bois-des-Filion, à l’occasion d’une courte séance de mise à jour du dossier.

Au lendemain de la conférence qu’il a prononcée sur le transport et la mobilité, le 10 mars, devant la communauté d’affaires, le maire et préfet de la MRC de Thérèse-De Blainville a reçu un appel téléphonique de la ministre des Transports. «Elle nous a signifié sa volonté de travailler ensemble. Il s’agit d’un moment charnière», estime-t-il.

Aucune date précise n’a cependant été mise sur le tapis par la ministre concernant un rendez-vous potentiel à ce jour.
«Nous ne demandons plus uniquement que la ministre des Transports nous permette de prendre connaissance de l’étude d’opportunité qui a été déposée à son cabinet en juillet dernier, mais qu’elle annonce les couleurs de son gouvernement face à nos revendications pour le parachèvement de l’autoroute 19», a par ailleurs tenu à préciser Paul Larocque.

Le projet, qui pourrait coûter jusqu’à 80 millions de dollars, prévoit l’aménagement d’un tronçon de sept kilomètres jusqu’à l’autoroute 640 et inclut l’ajout de voies réservées pour le transport collectif et un stationnement incitatif. Selon le président de la Coalition, ces travaux faciliteraient grandement l’accès de la population au métro à Laval.

Paul Larocque est d’avis que le constat d’un problème de fluidité a été posé avec l’étude d’opportunité. «Nous savons déjà ce que contient cette étude. Il est maintenant temps de passer en mode solution et aller de l’avant avec les étapes subséquentes d’audiences publiques, de plans et devis ainsi que de construction», commente-t-il.

Pour le maire filionois, il importe d’appliquer une solution durable, au moins pour les 20 prochaines années.
«Il faut aborder ce projet comme une question d’affaires. Il aura des retombées immédiates. Il appartient à l’appareil gouvernemental de faire ses devoirs. La Coalition a fait les siens», a conclu Paul Larocque.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top