- PUBLICITÉ -
La couronne nord connaît la plus forte hausse de congestion routière

Paul Larocque

La couronne nord connaît la plus forte hausse de congestion routière

Le maire Larocque rappelle l’urgence d’agir

Le dossier des bouchons de circulation à Bois-des-Filion a refait surface, la semaine dernière, quand le journal La Presse a rapporté que, selon les plus récentes études du ministère des Transports, l’augmentation des pertes de temps sur la couronne nord est de 50 % plus importante que partout ailleurs dans la région métropolitaine.

Selon les chiffres obtenus par La Presse, le temps d’attente moyen par jour, sur la Rive-Nord, a augmenté de plus de sept minutes, soit de 24,2 à 31,6 minutes, de 1998 à 2003. C’est la plus importante hausse sur le territoire. Elle est attribuable à la croissance démographique, plus soutenue qu’ailleurs dans la région métropolitaine. À titre de comparaison, l’augmentation est limitée à une demi-minute par jour pour les automobilistes dans l’est de Montréal.

En entrevue avec le Nord Info, le maire de Bois-des-Filion et président de la Coalition pour le parachèvement de l’autoroute 19, Paul Larocque, a rappelé l’urgence d’agir du gouvernement dans ce dossier.
«Le pire est à venir. C’est ce que notre Coalition dit au gouvernement provincial depuis 2006. Les statistiques sont des outils de planification dont il faut tenir compte. Selon l’Institut de la statistique du Québec, l’augmentation de la population sera trois fois plus importante sur la couronne nord que partout au Québec d’ici 2025, soit 28,8 % contre 9,3 %. C’est maintenant qu’il faut construire, sinon ce sera encore plus catastrophique dans dix ans», prévient-il.
«L’exemple le plus frappant dans le manque de planification, ce sont les voies réservées pour le transport collectif. La couronne nord ne détient aucune voie réservée», a relevé le maire Larocque. Le projet de parachèvement prévoit d’ailleurs une voie réservée pour autobus, à partir d’un stationnement incitatif, à Bois-des-Filion, jusqu’au métro Cartier, à Laval.
«La ministre Julie Boulet est venue, en mai 2007, pour annoncer une étude de faisabilité du parachèvement de l’autoroute 19 qui devait être livrée à l’automne 2008. Je comprends qu’il y a eu les élections, mais la ministre est toujours en place et nous en sommes maintenant au printemps 2009. Je ne sais pas pourquoi, on ne veut pas dévoiler cette étude», a ajouté Paul Larocque.

Toujours selon le maire «c’est l’expropriation qui retarde habituellement les projets de construction de routes. Or, l’emprise de la 19 appartient déjà au gouvernement depuis 37 ans, quand ils ont exproprié notre centre-ville. Il en coûterait moins de 80 millions de dollars pour compléter la voie simple de sept kilomètres qui relie deux autoroutes, soit la 19, à Laval, et la 640, à Bois-des-Filion. C’est minime comparé aux milliards d’investissements projetés par le ministère.»

Le maire a poursuivi ainsi: «Je prévois une rentrée scolaire encore plus infernale que jamais, en septembre 2009. Notre belle région, qui connaît une croissance démographique plus importante que partout ailleurs, est étouffée par l’immobilisme du gouvernement.» Paul Larocque a terminé en affirmant: «Nous représentons 60 000 personnes de la région qui se retrouvent prisonnières dans le trafic. Nous avons remarqué qu’il faut impliquer la population pour que les choses bougent. D’autres actions seront bientôt posées si on n’a pas plus de collaboration de la part du gouvernement.»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top