- PUBLICITÉ -
Entête - Sport en bref

Wozniak contrainte au repos prolongé

Elle aggrave sa blessure au premier tour du US Open

La Blainvilloise Aleksandra Wozniak pourrait rater le reste de la saison de tennis, sur le circuit de la WTA. La tendinite au bras droit qui l’ennuie depuis quelques semaines refuse tout simplement de guérir.

D’ailleurs, Wozniak s’est littéralement écroulée devant l’Australienne Sally Peers, au premier tour du US Open, lundi, s’inclinant en deux manches expéditives de 0-6 et 1-6, au terme d’un match qui, en principe, n’aurait dû représenter qu’une simple formalité pour elle.

Wozniak, 54e au monde, affrontait alors une joueuse issue des qualifications qui, avant d’entreprendre le match, figurait aussi haut que le 201e rang du classement de la WTA.

En observant le déroulement de la rencontre, on constate que Wozniak n’a jamais été dans le coup, elle qui n’a pu s’inscrire au tableau qu’à la 10e partie, quand elle est parvenue à briser le service de sa rivale, qui lui a aussitôt rendu la politesse. En fait, il n’aura fallu à Sally Peers que 48 minutes pour disposer de Wozniak, qui a perdu 28-56 au chapitre des points. De toute évidence, elle n’était pas au maximum de sa forme.

Au cours d’une conférence de presse téléphonique suivant le match, Wozniak, qui venait tout juste d’être examinée par son médecin, a confirmé qu’elle devrait tout au mieux s’astreindre à un repos prolongé. «Ma blessure n’est pas guérie à 100 % et ça pourrait devenir grave», a-t-elle indiqué.

Alors que d’aucuns prétendent qu’elle n’aurait pas dû prendre part au US Open, la Blainvilloise explique qu’elle n’a fait que suivre la recommandation de son médecin et de son physiothérapeute. Il semble qu’il y ait deux types de tendinites: celle qui guérit vite et celle qui demande plus de temps. «Pour le savoir, il fallait absolument que je teste mon bras, que je le mette à l’épreuve dans un match», explique-t-elle.

C’est au cours de la journée de mardi (31 août) que, en compagnie du personnel médical, Wozniak entendait examiner toutes les avenues possibles. Elle semblait toutefois résignée à l’idée de mettre une croix sur la saison 2010, elle qui confirmait rapidement qu’elle ne serait pas du Challenge Bell qui se tiendra à Québec, du 11 au 19 septembre. «Il reste trois ou quatre tournois et il se pourrait que je les rate», a-t-elle laissé tomber, elle qui veut plus que toute autre chose se rétablir à 100 %. «C’est devenu démoralisant de perdre contre des joueuses que je battrais sans doute si j’étais au sommet de ma forme», de dire la meilleure raquette canadienne.

Il va sans dire que cette élimination rapide au US Open (où elle avait 90 points à défendre pour avoir atteint la troisième ronde, l’an dernier), jumelée à un éventuel forfait pour le reste de la saison entraîneront forcément une chute vertigineuse au classement mondial, ce que la principale intéressée considère avec philosophie. «Je veux une longue carrière en santé. Pour le moment, je ne pense pas à mon classement», dit-elle.

Mieux, la Blainvilloise pense que cette déconvenue pourrait, à la longue, avoir des effets bénéfiques pour la suite des choses. «Dans la vie, tout le monde passe par des moments difficiles remplis d’épreuves. Je dois passer à travers tout ça et trouver un plus grand courage, une plus grande force mentale et penser à la prochaine étape qui sera de revenir parmi les meilleures», a-t-elle conclu.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top