- PUBLICITÉ -
Que se passe-t-il avec les Nordiques?

(Photo Yves Déry)

Que se passe-t-il avec les Nordiques?

Séries éliminatoires au hockey féminin collégial

Les Nordiques du collège Lionel-Groulx étaient assurées de participer aux séries éliminatoires malgré une huitième et dernière position au classement. En dépit de 14 défaites en 21 rencontres, lors de la saison régulière, les protégées d’Éric Miculescu pouvaient faire en sorte que les séries éliminatoires soient pour elles une toute nouvelle saison. Mais non.

Selon le technicien en loisirs au Sport étudiant du collège Lionel-Groulx, Jean-Philippe Hurteau, quelques filles ont baissé les bras. L’entraîneur-chef Éric Miculescu reste, quant à lui, sans mots. «Je n’ai pas de réponses pour expliquer ce qui se passe. Nous avons bien fini l’année, malgré nos péripéties: nous avons perdu huit joueuses depuis Noël pour différentes raisons comme académiques, blessures ou par ennui de leur famille, raconte-t-il. Nous jouons avec le minimum de joueuses requis depuis quatre ou cinq matchs. Nous avons été capables de trouver de l’énergie.»

Les séries se déroulent comme suit: chaque équipe rencontre ses adversaires une fois. Les quatre meilleures formations se rendent ensuite en demi-finale.

Les Nordiques ont perdu le premier match par blanchissage contre le collège Édouard-Montpetit, l’équipe reine de la saison. Elles se sont inclinées par la marque de 6 à 0. Le sixième but a été marqué dans un filet désert. La formation térésienne profitait d’un avantage numérique et, parce que les buts pour peuvent peser dans la balance, l’entraîneur a retiré sa gardienne. «Les buts ont tous été marqués dans les deux dernières minutes de jeu de chaque période. C’était notre meilleur match de la saison», estime-t-il.

Là où le bât blesse, c’est que les rencontres les opposant au collège Saint-Laurent et au collège Laflèche étaient à leur portée. Elles ont baissé pavillon 5 à 1 contre la première et 9 à 1 contre la deuxième. «Nous avons connu notre meilleure préparation d’avant-match et notre meilleure période de réchauffement contre le collège Saint-Laurent. Après le deuxième changement, une mauvaise erreur a engendré une échappée et un but. Tout a déboulé à partir de là. Ce n’était pas beau, mais ce n’était pas la fin du monde», indique l’entraîneur.

Dans la défaite de 9 à 1, c’était 0 à 0 après le premier tiers et 6 à 0 après la période médiane. «Nous avons marqué le dernier but du match, à 30 secondes de la fin», mentionne-t-il.
Éric Miculescu affirme que son équipe est encore en vie pour les séries sur papier, mais il ne sait plus à quoi s’en tenir à propos de ses joueuses. «En 14 ans comme entraîneur, c’est la première fois que je ne comprends pas ce qui se passe. Rien ne laissait présager ça», assure-t-il.

Celles qui ont terminé leur saison le 28 février dernier sont en voie d’être en vacances si elles continuent de jouer comme elles le font. Il leur reste quatre matchs à disputer. «Il faut tous les gagner», fait savoir l’entraîneur. La prochaine partie se tiendra ce samedi 20 mars, contre le collège John-Abbott.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top