- PUBLICITÉ -
On prépare la Coupe du Québec

Photo Pierre Latour

On prépare la Coupe du Québec

Soccer senior de Blainville

L’objectif de la saison pour les hommes de Jean-Pierre Cériani est de se qualifier pour le Championnat canadien. C’est pour cette raison qu’il a modifié quelque peu l’horaire d’entraînement de ses ouailles.

 

Habituellement, la veille d’un match, les joueurs tiennent un entraînement léger ou sont au repos. Voilà que depuis le début de la saison, Cériani convie ses joueurs à un entraînement intensif.

«Pour prendre part au Championnat canadien, nous devons remporter la Coupe du Québec, et comme la demi-finale et la finale seront disputées une journée après l’autre, a expliqué Cériani, je veux donc habituer les gars à jouer avec de la fatigue.»

Cette situation a pour effet que les Blainvillois connaissent des débuts de rencontre plus lents. C’est exactement ce qui s’est passé, vendredi dernier, contre les Panellinios, au parc Jarry.

Les adversaires des Blainvillois ont obtenu trois ou quatre bonnes chances de marquer en début de rencontre, mais le gardien Jean-Lou Gosselin veillait au grain. «Petit à petit, les gars ont pris le dessus et on a dominé le reste de la rencontre», a-t-il indiqué.

Les Blainvillois ont même obtenu un tir de pénalité, à 10 minutes de la fin, quand l’attaquant Nicolas Bertrand a été fauché dans la surface de réparation. C’est Cristian Nunez-Lopez qui s’en est chargé, mais il a vu son tir contré par le gardien adverse.

Alors qu’il restait deux minutes à faire à la rencontre, ce sont les Panellinios qui ont eu droit à un tir de pénalité et Christian Kabeya a complètement mystifié Gosselin pour procurer une victoire de 1-0 à son équipe.

«L’attaquant est passé près de Victor Hernandez, il s’est accroché à son bras et il s’est lancé par derrière. Disons que ça fait partie du jeu; ils sont plus expérimentés et ils en ont profité.»

De mieux en mieux

C’est avec une fiche d’une victoire et deux revers que les Blainvillois sauteront sur le terrain du parc de Blainville, vendredi soir, pour y affronter l’Association trifluvienne.

Cériani est loin de paniquer: «Nous travaillons sur un aspect du jeu qui n’est pas facile. Nous voulons réduire le temps entre la perte et la récupération du ballon. On voit que ça s’améliore. Même les gars commencent à voir une différence de match en match. On commence à trouver nos marques.»

La plupart des équipes ont disputé trois parties, mais elles ont toutes subi une défaite, ce qui fait que personne ne se sauve avec le premier rang pour le moment.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top