- PUBLICITÉ -
Maxime Clermont solide comme le roc

Le gardien blainvillois Maxime Clermont a aidé les Olympiques de Gatineau à revenir d’un recul de 1-3 contre les Remparts de Québec pour finalement vaincre Québec en sept parties et ainsi accéder à la finale de la Ligue de hockey junior

Maxime Clermont solide comme le roc

Meilleur gardien au Canada depuis deux semaines

Le gardien blainvillois Maxime Clermont a aidé les Olympiques de Gatineau à revenir d’un recul de 1-3 contre les Remparts de Québec pour finalement vaincre Québec en sept parties et ainsi accéder à la finale de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

 

Son brio a été reconnu à travers le pays alors qu’il a mérité le titre de meilleur gardien au Canada au cours des deux dernières semaines. «C’est flatteur, mais ce ne sont pas les honneurs individuels qui m’intéressent, surtout que l’on n’est plus que six gardiens en action à travers le pays», a-t-il humblement mentionné.

Mercredi dernier, à l’aréna Robert-Guertin de Gatineau, le cerbère a permis aux Olympiques d’avoir une chance de niveler la série à 2 partout, mais il a été déjoué alors qu’il ne restait que 44 secondes à la deuxième période de prolongation. Ses coéquipiers avaient pourtant eu l’occasion de clore le match en première période de prolongation quand ils ont profité d’un double avantage numérique, mais ils n’ont pas fait scintiller la lumière rouge.

Après la première période, les tirs au but étaient de 13 pour les Sea Dogs de Saint John et de 12 pour les Olympiques. Les Sea Dogs menaient 2-1 après les premières 20 minutes.

Au cours des presque 80 minutes de jeu qui ont suivi, les Sea Dogs ont doublé les Olympiques dans la colonne des tirs au but en dirigeant pas moins de 51 rondelles en direction de Clermont, alors que les Olympiques ripostaient 25 fois.

«Je me suis rendu la vie difficile et j’ai compliqué la tâche de mes défenseurs, a admis Clermont. Je n’ai pas bien contrôlé mes retours, ce qui fait que les Sea Dogs avaient souvent une autre chance de lancer», a expliqué le choix de quatrième ronde des Devils du New Jersey au dernier repêchage.

Le match de mercredi est le plus long de l’histoire à avoir été joué en finale du circuit Courteau. Le pire, c’est que la rencontre a bien failli être reportée parce qu’un compresseur avait rendu l’âme durant la nuit, si bien que les entraînements ont été annulés.

«La glace n’était pas d’excellente qualité, ce soir, mais c’était la même chose pour les deux équipes. Une chose est sûre, il faisait chaud sur la glace», a lancé celui qui dit avoir bu au moins 12 bouteilles d’eau au cours de la rencontre pour bien s’hydrater.

Les spectateurs également se plaignaient de la chaleur intense qui sévissait dans l’aréna, et ce, peu importe s’ils demeuraient assis ou debout.

Une présence en finale inattendue

Les Olympiques tirent maintenant de l’arrière 1-3 dans la série finale de la LHJMQ, mais ils espèrent renverser la vapeur pour une troisième fois. Ils sont venus de l’arrière 0-2 pour éliminer les Voltigeurs de Drummondville et contre les Remparts de Québec, ils tiraient de l’arrière 1-3 pour finalement l’emporter.

«On l’a fait deux fois, on peut certainement le refaire. C’est plate de perdre le quatrième match comme ça, alors que les gars ont tout donné, mais on sait qu’on peut y arriver», a indiqué Clermont.

Personne ne voyait les Olympiques en finale au début des séries éliminatoires. Les joueurs pourraient être satisfaits du travail accompli, mais ils en veulent plus.

«C’est sûr que nous sommes contents d’avoir surpris les gens et d’être en finale, mais rendu là, on espère plus. On ne veut pas se contenter d’être en finale.»

La série se poursuit vendredi soir à Saint John et si les Olympiques l’emportent, le sixième match de la série finale sera présenté à l’aréna Robert-Guertin, dimanche soir.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top