- PUBLICITÉ -
Les Nordiques encaissent trois défaites de suite

L'entraîneur Danyk Sauro souhaite voir ses joueuses devenir plus agressives.

Les Nordiques encaissent trois défaites de suite

Volleyball collégial AAA

Malgré trois matchs à l’agenda, les volleyeuses du Collège Lionel-Groulx ne sont pas parvenues à signer une victoire à leur première semaine d’activités en 2011, dans la ligue collégiale AAA.

Dimanche, les Nordiques se sont inclinées en trois manches (25-20, 29-27, 25-23) contre Édouard-Montpetit, tandis que les volleyeuses de François-Xavier Garneau leur ont réservé le même sort, l’emportant aussi 3-0 (25-20, 25-22, 25-18), jeudi. «Ce sont les meilleures équipes de la province, alors c’est quand même intéressant, car nous sommes vraiment près de les battre. Ce qui l’est moins, c’est que dans chaque manche serrée , nous avons eu notre occasion de gagner, mais nous n’avons pas pu en profiter», relate l’entraîneur Danyk Sauro.

Samedi, elles ont été battues en quatre manches (25-23, 27-29, 27-25, 25-20) par les représentantes du Cégep de L’Abitibi-Témiscamingue. Et même si elles ont gagné leur seule manche de la semaine contre cette équipe, Sauro croit que ses protégées ont manqué d’intensité. «C’est le match où l’équipe a le moins bien joué. Nos joueuses étaient un peu plus amorphes sur le terrain. Le match était relativement serré, mais si nous avions joué comme nous avions joué contre Québec, nous l’aurions probablement emporté», dit-il.

Les Nordiques avaient mis les bouchées doubles pour entamer la deuxième moitié de la saison. «Nous avons fait un gros blitz de volleyball au début du mois, mais malheureusement, les matchs qui ont suivi ne se sont pas terminsé comme on le voulait », explique Sauro.

Deux nouvelles recrues

Ce blitz a surtout permis l’intégration de deux nouvelles joueuses qui ont rejoint la formation pour la suite de la saison. Les Nordiques peuvent maintenant compter sur Annie Boyer et Anne-Sophie Boucher, qui ont débuté leur parcours collégial en janvier.

Pour Sauro, cet ajout amènera d’abord une profondeur à la formation qui ne comptait seulement que huit athlètes à l’automne. «Ça nous permet d’aligner une équipe complète, affirme l’entraîneur-chef. Aussi, Annie, qui est une joueuse de centre, nous permettra d’avoir plus de stabilité à cette position, tant au bloc qu’à l’attaque.»

L’addition de Boyer et Boucher a cependant demandé certains ajustements. «Quand de nouvelles joueuses arrivent, il faut toujours retravailler le synchronisme. Nos entraînements préparatoires nous ont donc permis de tout mettre en place pour arriver au Championnat provincial fin prêts.»

Puisqu’il ne reste plus que cinq matchs à la saison régulière, Sauro prépare tranquillement ses troupes en vue des séries. Pointant actuellement au sixième rang du classement général, les Nordiques sont toujours en lice pour une place en ronde éliminatoire, puisque huit des neuf équipes y accéderont. « Il nous reste un mois pour peaufiner notre jeu. Il faut entre autres que les filles soient agressives en fin de rencontr,e afin de ramener de notre côté les matchs serrés », précise l’entraîneur.

Les Nordiques auront maintenant rendez-vous avec les joueuses du Cégep de Sherbrooke, qu’elles visiteront samedi soir. Les Sherbrookoises, deuxièmes au classement de la ligue, demeurent la plus grande opposition des représentantes de Lionel-Groulx. « Sherbrooke est la formation la plus stable en réception et c’est elle qui nous a offert la plus grande opposition jusqu’à maintenant. Ce sera tout de même un bon test à savoir combien nous avons progressé depuis la dernière fois que nous les avons affrontés. »

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top