- PUBLICITÉ -
Entête - Sport en bref

Les clubs de Rosemère et Lorraine s’unissent

Soccer

Les clubs de soccer de Lorraine et Rosemère prendront-ils leur place, cet été, sur le terrain? Peut-être bien plus que jamais auparavant puisque les deux clubs ont fusionné pour devenir le Club de soccer Lorraine-Rosemère.

Celui-ci regroupe 1 800 joueurs formant une centaine d’équipes, dont 42 de compétition. Ainsi, depuis le début de la saison, le 23 mai dernier, le club fusionné croit présenter des équipes de plus fort calibre.

Le vice-président au développement du Club de soccer Lorraine-Rosemère, Philip Panet-Raymond, également ancien président du Club de Rosemère, estime qu’en fusionnant, il a été possible de former des équipes plus compétitives. «On lance un avertissement amical aux gros clubs de la région. On lance un avertissement à Blainville, à Boisbriand, à Saint-Eustache et à Mirabel. Les équipes de Lorraine-Rosemère seront mieux entraînées, mieux disciplinées et plus compétitives que jamais», fait-il savoir.

Cette nouvelle formation permet également aux jeunes joueurs de soccer qui veulent poursuivre leur cheminement au niveau récréatif, de le faire. Auparavant, le nombre de joueurs n’étant pas suffisant, ceux qui désiraient continuer de jouer devaient le faire en ligue intercités ou tout simplement arrêter.

M. Panet-Raymond indique que cette solution s’est imposée lorsqu’il a entamé des discussions avec le président du Club de Lorraine, Martin Leclerc. Rosemère comptait environ 950 joueurs, tout comme Lorraine, des clubs considérés comme petits dans la région des Laurentides. «On s’est vite aperçu qu’on avait les mêmes problématiques, les mêmes contraintes et les mêmes défis. Après avoir comparé nos propres clubs, on se posait les mêmes questions», raconte-t-il.
«Qu’est-ce qu’on peut faire pour promouvoir notre sport dans nos villes? Qu’est-ce qu’on peut faire pour mieux encadrer nos jeunes sur nos terrains, mieux former nos entraîneurs, garder nos enfants et nos adolescents actifs au sein d’une activité plus longtemps, s’assurer que nos jeunes jouent selon leur calibre et que les joueurs élites continuent de jouer pour Lorraine-Rosemère au lieu de se tourner vers un plus gros club de la région? Et le plus important: qu’est-ce qu’on peut faire de plus pour donner à nos jeunes le sentiment d’appartenance», indique-t-il.

Or, après un an d’organisation, le projet voit le jour cette saison. «À travers le monde, ce beau sport a réuni des religions, des langues et des pays. Il réunit maintenant deux villes. Au début, on était ensemble. On revient maintenant à nos racines», déclare Philip Panet-Raymond.

Ce dernier a profité de l’occasion pour rappeler l’importance du savoir-être des personnes gravitant autour des jeunes. «Les titres d’entraîneurs et de bénévoles viennent avec certaines responsabilités. Vous êtes des exemples pour nos enfants. Il faut que tous comprennent que ce n’est pas nécessairement la fiche de victoires et de défaites qui importe à la fin de la saison de soccer», a-t-il rappelé.
«Le respect envers les entraîneurs, les joueurs et les arbitres est aussi essentiel. Je demande donc à tous les entraîneurs, à tous les parents et à tous les bénévoles d’être conscients de leur responsabilité civile lorsqu’ils sont sur un terrain de soccer. Les victoires et les défaites s’oublieront rapidement, mais l’enseignement du respect enrichira nos enfants pour toujours», a-t-il conclu.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours


- PUBLICITÉ -
Top