- PUBLICITÉ -
Les amateurs veulent-ils vraiment d’une équipe de hockey junior AAA?

(Photo Yves Déry)

Les amateurs veulent-ils vraiment d’une équipe de hockey junior AAA?

Les Nordiques évoluent devant des gradins déserts

À la suite de la défaite survenue le mardi 16 décembre à l’aréna de Sainte-Thérèse, le groupe d’entraîneurs des Nordiques et surtout le copropriétaire, président et gouvernement des Nordiques auprès de la Ligue de Hockey junior AAA du Québec, Howard Romanado, avaient tous des mines déconfites.

Pourquoi? En raison de cette première défaite en temps régulier? Détrompez-vous. Même l’entraîneur-chef de cette formation, Jean-François Sénéchal, reconnu par ses pairs comme un véritable bougon lorsqu’il perd, était en mesure de digérer rapidement cette défaite. Ce qui agaçait tout le monde dans l’état-major de l’équipe, c’est plutôt cette autre faible assistance (probablement la pire depuis que la concession a été déménagée à Sainte-Thérèse) qui a observé ce duel entre les Nordiques et les Maroons de Lachine, en ce mardi soir.

Moins que 100 personnes payantes

Or, seulement 49 adultes, 36 étudiants seniors et 4 enfants ont payé leur admission. Il y avait probablement plus de spectateurs à la joute bantam B qui se déroulait au même moment à l’aréna de Blainville. Pire encore, plus de gens assistent généralement aux rencontres de l’équipe de baseball les Brewers de Sainte-Thérèse, eux qui évoluent pourtant dans un sport considéré en grave difficulté.

Pendant ce temps, les Panthères de Saint-Jérôme et les Cobras de Terrebonne, deux formations situées à proximité de Sainte-Thérèse, jouent devant plusieurs centaines de personnes. Le pire dans tout ça, c’est que les Nordiques accumulent les victoires à un rythme effarant, mais toujours devant des gradins plus qu’à moitié vides… sauf lors des parties locales contre les Cobras et les Panthères, alors que ce sont les partisans de ces équipes qui bondent l’aréna de Sainte-Thérèse.

M. Romanado trouve la situation déplorable. «Il faut croire que le slogan qui dit que plus tu gagnes, plus il y a de spectateurs, ne s’applique pas à nous. Nous sommes très déçus par les assistances, depuis notre arrivée à Sainte-Thérèse, sauf lors des matchs contre Saint-Jérôme et Terrebonne. Ce n’est pas très motivant pour nous, les propriétaires, car nous ne savons pas ce que cela prendra de plus pour attirer des gens ici», dit-il.

Blâme envers le collège

Sans vouloir jeter tout le blâme sur le collège Lionel-Groulx, M. Romanado aurait espéré une meilleure collaboration entre les deux parties. «Notre présence n’est pratiquement pas publicisée au collège. Plus tôt, cette année, nous avons organisé un match portes ouvertes pour les étudiants du collège et personne n’en a parlé. Je ne suis même pas sûr non plus que quelqu’un de l’état-major du collège se soit déplacé pour au moins assister à cette partie», soutient-il.

M. Romanado a aussi profité de l’occasion pour se plaindre sur les conditions dans lesquelles les Nordiques doivent évoluer à l’aréna de Sainte-Thérèse. «Le collège nous avait promis des améliorations, mais absolument rien n’est fait. Les entraîneurs terminent le match en bloc de glace tellement il fait froid derrière le banc, sans oublier qu’ils ont les pieds dans l’eau. Bref, il y a un manque flagrant d’installation. Juste le fait que le bureau de l’entraîneur soit situé complètement à l’autre bout de l’aréna (par rapport à la chambre des joueurs) est une aberration.»

Peu importe à qui la faute, un fait demeure: les gradins sont vides, pendant que les Marc-André Tourigny, Guillaume Tartre, Jean-Philippe Leblanc valent à eux seuls le faible prix d’admission à débourser pour assister à du très bon hockey…

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top