- PUBLICITÉ -
L’ascension fulgurante de Camille Caron

Photo Michel Chartrand

L’ascension fulgurante de Camille Caron

Patinage artistique

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Camille Caron connaît une ascension fulgurante dans le monde merveilleux du patinage artistique. Elle n’en finit plus d’épater la galerie à un point tel qu’il est de rigueur de se demander jusqu’où elle se rendra.

Voici donc son histoire. Ayant commencé à patiner alors qu’elle était haute comme trois pommes, Camille Caron a arrêté le patinage artistique à l’âge de sept ans pour recommencer deux ans plus tard.

La saison dernière, elle a été dominante dans sa catégorie senior bronze au niveau test (participation). En mars 2008, cette membre du Club de patinage artistique Blainville–Sainte-Thérèse décrochait d’ailleurs une médaille d’or à l’occasion de la réputée Finale provinciale de patinage star. Ce fut la plus grosse victoire de la jeune carrière de celle qui est aujourd’hui âgée de 13 ans.
À la suite de la formidable saison qu’elle a connue, Camille Caron a depuis fait le saut au niveau compétition, dans la catégorie prénovice. Or, ses premiers résultats ont dépassé toutes les attentes: elle a pris le 31e rang sur les 205 meilleures patineuses de son âge, au Québec, lors du Championnat de section disputé à Québec, du 6 au 9 novembre.

Pour établir une comparaison facile à comprendre pour le commun des mortels, c’est l’équivalant d’un jeune hockeyeur qui gagne le championnat des compteurs au niveau C avant de faire le saut au niveau AA, où il parvient, dès son arrivée, à se tailler une place parmi les meilleurs compteurs de la ligue. Plutôt rarissime comme exploit direz-vous…
«Partir de test à compétition, c’est une grosse marche, mais Camille s’est bien adaptée dès sa toute première expérience. Elle a fait trois programmes sur quatre et elle devait se qualifier parmi les 24 premières pour participer au dernier programme. N’eut été d’une petite erreur sur une pirouette, elle se serait probablement qualifiée», explique son entraîneuse Nathalie Houle qui, en compagnie d’Hélène Gervais, s’occupe de la concentration patinage artistique pour le programme sport-étude de l’école Saint-Gabriel, où Camille étudie en deuxième secondaire.

Objectif: Jeux du Québec

Maintenant qu’elle semble faire sa place au niveau compétition, quels sont les objectifs de Camille Caron pour la saison 2008-2009? «Les Jeux du Québec», dit-elle catégoriquement. «Les qualifications ont lieu à la fin janvier», ajoute-t-elle.

Possède-t-elle de bonnes chances, compte tenu que seulement deux patineuses de sa catégorie devraient être retenues pour représenter les Laurentides, alors que les candidates se font très nombreuses? Son entraîneuse ne veut pas trop se compromettre sur le sujet. «Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs, car il y a d’autres très bonnes patineuses de son âge dans la région», mentionne Nathalie Houle.

Bonne élève, Camille Caron tient le même genre de propos, ne voulant pas se mettre trop de pression pour rien. «C’est en ne voulant pas faire d’erreur que l’on en commet», philosophe-t-elle.

D’ici là, Camille Caron prendra part à d’autres compétitions d’envergure provinciale, mais en dehors des résultats, elle vise tout particulièrement à maîtriser le double axel. Qu’en est-il? «Il lui manque un demi-tour environ pour le réussir. Nous travaillerons aussi sur sa maturité sur la patinoire. Elle doit avoir plus d’expression quand elle patine pour aller chercher l’audience», confie Mme Houle.

Nul doute que Camille peut y parvenir, car l’une de ses principales qualités est qu’elle est une travailleuse acharnée, autant sur la patinoire qu’à l’extérieur. Juste pour obtenir la permission de ses parents de poursuivre ses entraînements, elle doit maintenir une moyenne académique supérieure à 90 %.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top