- PUBLICITÉ -
Des progrès, mais pas encore des victoires

(Photo Yves Déry)

Des progrès, mais pas encore des victoires

Hockey collégial féminin

Les Nordiques du collège Lionel-Groulx sont défavorisées par rapport aux autres équipes parce qu’elles n’ont pas de marqueuses-nées. C’est une fois de plus ce qui est ressorti des propos de l’entraîneur-chef Éric Miculescu.

Malgré cela, il estime que ses protégées connaissent une belle progression. La preuve, c’est qu’elles se sont inclinées seulement 3 à 2, et en fusillade, contre les détentrices du troisième rang du classement, lors du match du 14 février dernier.
«Nous menions 1 à 0 au début. Le collège Dawson a égalisé en deuxième période. Au troisième tiers, nous avons pris les devants 2 à 1, mais Dawson a répliqué moins de deux minutes plus tard, ce qui a obligé la tenue d’une prolongation et finalement d’une fusillade», raconte Miculescu.

Les deux buts des Nordiques ont résulté des tirs de Véronique Ouimet, alors que Mélissa Ménard-O’Toole a profité des rebonds, chaque fois, pour loger le disque dans le filet. Mais en tirs de barrage, les Blues du collège Dawson ont réussi à marquer une fois, ce qui devait s’avérer suffisant. «Un beau but», convient l’entraîneur des perdantes.

La veille, les Nordiques ont affronté le Lynx du collège Édouard-Montpetit, une équipe à part qui trône au sommet du classement, avec une seule défaite en 17 matchs. «Nous avons perdu 7 à 1, mais nous avons mieux joué. Si nous avions joué de la même façon contre Dawson, non seulement nous aurions gagné le match, mais nous les aurions déclassées», soutient-il. Le seul but du collège Lionel-Groulx a été réalisé par Marilyne Gagné, sur des passes de Sarah Petitclerc et Caroline Beaudoin.

L’entraîneur explique ces défaites par le manque de concentration de ses joueuses, peut-être due à la fatigue, compte tenu des trois entraînements qui ont précédé ces matchs. «La saison ne veut rien dire. Il ne faut pas diminuer l’intensité des entraînements à ce moment-ci. On portera une plus grande attention à ça à l’approche des séries éliminatoires», mentionne Éric Miculescu.

Il croit que ce sont les erreurs sur la glace qui ont empêché les joueuses de prendre le tempo du match. «Nos erreurs nous coûtent cher. Il nous manque des mains (pour contrebalancer ça) et nous n’avons pas de chirurgien dans l’équipe (pour nous en coudre)», rappelle-t-il.

Les Nordiques occupent actuellement le huitième et dernier rang du classement avec 3 victoires, 13 défaites et 3 revers en prolongation. Elles joueront leurs prochains et derniers matchs de la saison régulière contre les Islanders du collège John-Abbott, le samedi 27 février, et les Titans du collège de Limoilou, le dimanche 28 février.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top