- PUBLICITÉ -
Béatrice Bilodeau dans l’équipe de développement

(Photo Michel Chartrand)

Béatrice Bilodeau dans l’équipe de développement

Ski acrobatique

Le moment n’est peut-être pas très loin où l’on verra la famille Bilodeau réunie au sein de l’équipe nationale de ski acrobatique. En effet, Béatrice Bilodeau, qui aura 16 ans au début juin, vient d’être promue dans l’équipe de développement du Canada.

«Je suis vraiment contente parce que c’était l’objectif que je m’étais fixé au début de la saison, a-t-elle lancé. J’en étais à ma deuxième année sur l’équipe du Québec et le moment était venu de passer à un niveau supérieur.»

La comparaison avec son grand frère, Alexandre, sera toujours présente, mais elle ne s’en fait pas outre mesure. Elle s’en sert plus comme une motivation.
«Mon père m’a dit, au début de l’année, que mon frère était demeuré sur l’équipe du Québec deux ans et que ça serait bien que je fasse pareil», a souligné Béatrice Bilodeau.

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle a pris les grands moyens pour passer à l’étape suivante dans son développement.

Elle a entamé sa saison aux sélections nationales américaines. Elle était la seule Québécoise à s’y rendre par ses propres moyens parce que le reste de l’équipe du Québec n’avait pas jugé bon d’y prendre part.
«C’était vraiment important pour moi d’aller à cette compétition. Quand j’ai su que l’équipe du Québec n’y allait pas, j’ai fait mes démarches pour y être, et là, mes parents ont vu que j’étais sérieuse», a-t-elle raconté.
«C’est la première fois que je partais sans mon père ou ma mère, a-t-elle souligné. Je m’étais organisée avec l’équipe d’Alberta qui y allait, mais j’ai dû prendre seule l’avion.»

Cette compétition comprenait des bosseuses qui ont pris part à la saison de la Coupe du monde. Lors de la première journée, elle a terminé 13e sur 69, un excellent résultat pour la benjamine des Bilodeau.
«J’étais vraiment contente. C’était la première compétition de la saison et j’obtenais un très bon rang.»

Le lendemain, elle était encore sur son nuage et elle n’a pas été aussi efficace, mais elle a tout de même réussi à finir dans la première moitié des concurrentes. «Mon père m’a envoyé un message texte me rappelant que j’y étais allée pour bien faire», s’est-elle rappelé.

Il lui restait la compétition en parallèle pour se reprendre. La ronde de qualification a été tout simplement exceptionnelle pour la jeune fille de Rosemère, qui a pris le 3e rang. «Je me suis empressée de prendre mon cellulaire et d’écrire à mon père que j’étais troisième après les qualifications, a-t-elle raconté en riant. Il ne me croyait pas.»

Les bonnes descentes se sont succédé, si bien qu’elle a finalement terminé quatrième. Voilà qui entamait bien la saison. Elle a continué sur cette lancée en remportant toutes les compétitions de la série canadienne auxquelles elle a pris part.

Un autre objectif qu’elle s’était fixé, c’était d’être choisie pour ouvrir la piste, lors de la Coupe du monde du Mont Gabriel, et ce fut le cas.

Pour la saison prochaine, les objectifs sont également précis. Elle aimerait prendre part à des compétitions du circuit de la Coupe du monde, en plus d’ouvrir la piste lors des Jeux olympiques de Vancouver.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top