- PUBLICITÉ -
Antoine Flores signe avec l’Attak

(Photo Michel Chartrand)

Antoine Flores signe avec l’Attak

Soccer

Après avoir évolué une saison avec les Nordiques du Collège Lionel-Groulx, dans le collégial AAA, le Boisbriannais Antoine Flores s’est taillé une place au sein de l’Attak de Trois-Rivières, le club-école de l’Impact de Montréal.

«Je suis content parce que c’est beaucoup d’heures de travail et d’entraînement qui sont finalement récompensées», a lancé le jeune homme de 18 ans.

Il n’était pas bien grand quand il est tombé dans la marmite du soccer. Son père, Alejandro, a joué pour une formation semi-pro au Pérou et également à Montréal.

Sa mère, Fabienne Coullerez, qui est d’origine française, a également joué au soccer dans sa jeunesse. Il était donc de mise que le petit Antoine se défoule avec un ballon rond.

Dès l’âge de 14 ans, il a attiré le regard des recruteurs des équipes du Québec, ce qui lui a permis d’avoir plus d’entraînements de qualité et de développer ses qualités de milieu de terrain offensif.
«Je joue comme latéral gauche et comme je suis gaucher, ça me donne un petit avantage sur les autres», a-t-il indiqué.

Une équipe professionnelle

En apposant son nom en bas du contrat qui le liera à l’Attak de Trois-Rivières, cette formation qui évoluera dans la Ligue Canadienne de soccer, il devient donc un joueur professionnel et, sans la permission de ses nouveaux patrons, il ne pourra plus jouer pour une équipe amateur, telle les Nordiques.
«L’an dernier, la moyenne d’âge était de 22-23 ans, alors que cette année, la plupart des joueurs auront 18 ans et un peu moins, a-t-il fait remarquer. Il y aura quelques vétérans, mais en grande partie ça sera une jeune équipe.»

C’est pour mieux développer des joueurs qui pourront porter les couleurs de l’Impact dans un avenir pas si lointain que la direction s’est tournée vers la jeunesse.

Bien que la formation soit multiethnique, l’équipe ne compte que des joueurs du Québec. Les entraînements ont lieux au Stade Saputo, la semaine.

Au cours des récentes parties préparatoires, il a été choisi comme joueur partant, mais il ne tient rien pour acquis. «Il faut travailler fort à chaque entraînement pour démontrer ta rage de vaincre, a argué Flores. Lors des parties, c’est un travail d’équipe, mais lors des entraînements, tu dois faire tes preuves et montrer que tes qualités individuelles peuvent aider l’équipe.»

Avec l’Attak, il aura une centaine d’entraînements cette année, en plus de jouer une trentaine de matchs, en comptant les parties amicales. La saison régulière comptera 18 matchs, soit neuf à domiciles et neuf à l’étranger.

Le premier match de la saison aura lieu le 15 mai, au Maple Stadium, à Toronto. L’ouverture locale se fera à Shawinigan, le 13 juin. Le premier match en sol trifluvien sera présenté le 27 juin.

Il quittera le Québec à la fin mai, avec d’autres joueurs qui pourraient faire partie de l’équipe du Québec qui prendra part aux Jeux du Canada, cet été. Ils se rendront à Metz, en France, pour se préparer en vue des jeux qui se tiendront du 17 au 29 août, à l’Île-du-Prince-Edouard.

De la discipline

Le jeune homme n’était pas le plus doué sur un banc d’école, mais le soccer l’a forcé à travailler plus fort pour obtenir certains diplômes.
«Le soccer m’a amené une certaine discipline. Comme je voulais absolument jouer pour les Nordiques dans le collégial AAA, j’ai travaillé fort pour compléter mon secondaire.»

Maintenant, il a fait un trait sur des études collégiales, mais il joindra un collège privé, l’année prochaine, pour étudier en musique, une autre de ses passions.
«Quand tu joues dans un sport de haut niveau comme je suis rendu, il faut démontrer du sérieux en dehors du terrain également.»

P4 MC2009_04_29_858?

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top