- PUBLICITÉ -
Alexandre Gagnon: des retrouvailles émouvantes

(Photo Yves Déry)

Alexandre Gagnon: des retrouvailles émouvantes

Hockey junior AAA

Alexandre Gagnon, celui-là même qui a vu sa vie basculer le 19 octobre dernier, lorsqu’une lame de patin lui a sévèrement sectionné le poignet, est officiellement de retour au jeu pour les Nordiques du collège Lionel-Groulx.

Sous les acclamations de plusieurs centaines de spectateurs (de loin la meilleure foule de la saison), l’Eustachois de 20 ans a sauté sur la surface glacée pour y croiser le fer avec les Panthères de Saint-Jérôme, le vendredi 16 janvier à l’aréna de Sainte-Thérèse.

Une cérémonie haute en couleur a d’ailleurs précédé cette joute junior AAA, question d’honorer le courageux jeune homme qui a surmonté de difficiles épreuves en un temps record, ainsi que la salvatrice du capitaine des Nordiques, la thérapeute Mélanie Benoît, sans qui Alexandre Gagnon ne serait peut-être pas de ce monde aujourd’hui.
«J’étais nerveux, très nerveux même, avant de sauter sur la patinoire. Puis cela a fait place à l’excitation une fois sur la glace. J’ai toujours eu peur de ne pas réussir, mais finalement, ça s’est bien passé», a révélé le numéro 12 des Bleus, tout juste après avoir encaissé une défaite de 4-1 contre la formation jérômienne.

Un joueur comme les autres

De l’avis de plusieurs observateurs, Alexandre Gagnon a disputé un bon match, dans l’ensemble, même s’il fut directement responsable du troisième but des Panthères. Qu’en pense le principal intéressé?
«Je considère avoir bien joué. Je m’attendais à pire que ça. Sur le troisième but, j’ai cafouillé avec la rondelle dans mon territoire. Mais il ne s’agit là que d’une erreur qui peut toujours se produire dans un sport d’erreurs comme le hockey. Je ne veux justement pas commencer à trouver des excuses. Je veux être considéré comme un joueur normal», a commenté le défenseur.

De son côté, Mélanie Benoît était tout aussi nerveuse qu’Alexandre Gagnon lors des cérémonies précédant la rencontre. Elle dit même avoir imaginé un scénario hollywoodien pour l’athlète eustachois.
«Peu de temps avant ce match, j’ai fait un drôle de rêve dans lequel Alexandre marquait un but très important. Ce n’est pas exactement ce qui s’est produit, mais ça demeure une belle victoire pour lui sur le plan personnel», a-t-elle raconté.
«Ça m’a fait chaud au cœur de le revoir sur la glace. Il s’est fait beaucoup tester par l’autre équipe, mais il a bien répondu. C’est Alexandre la vedette du jour, pas moi», a-t-elle insisté.

Même son de cloche de la part de l’entraîneur-chef des Nordiques, Jean-François Sénéchal. «L’un des points positifs dans cette défaite est le fait qu’Alexandre Gagnon n’avait pas l’air d’un gars qui n’avait pas joué depuis trois mois», a expliqué le pilote térésien qui a bien failli en venir aux coups avec son homologue des Panthères, Stéphane Beaudin, pendant la première intermission.
«Il m’a dit quelque chose que je n’ai pas apprécié. De toute façon, ça fait longtemps que j’ai envie de lui donner une sévère correction», a déclaré à ce sujet l’homme de hockey, qui témoigne ici de la forte rivalité entre les deux équipes.

Marc-André Julien fut l’unique marqueur pour les Nordiques, tandis que le gardien Guillaume Tartre a subi le revers, même s’il a eu bien peu à se reprocher, outre quelques sorties hasardeuses en dehors de son filet.

Défaite contre Joliette

Les Nordiques ont ensuite subi un autre revers, à nouveau au compte de 4-1, contre l’Action de Joliette, dimanche, à l’aréna de Sainte-Thérèse. Seul Jeff Falcon, en désavantage numérique, a fait bouger les cordages dans le clan térésien.

Malgré ces revers, les Nordiques sont toujours en tête de la division S.W.D., mais ils ne possèdent plus qu’un maigre point d’avance sur les Panthères de Saint-Jérôme, qui ont cependant disputé deux duels de moins que les Nordiques, à qui il ne reste plus que 11 affrontements d’ici le début des séries éliminatoires.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top