- PUBLICITÉ -
Les Filles d’Isabelle ont marché pour 12 045,15 $

(Photo Yves Déry)

Les Filles d’Isabelle ont marché pour 12 045,15 $

Au profit de la paroisse Sainte-Anne

Le 19 octobre dernier, le président du conseil de fabrique de la paroisse Sainte-Anne-des-Plaines, Jean-Guy Martin, annonçait la fermeture temporaire (du 15 novembre 2008 au 11 avril 2009) de l’église. Le déficit accumulé de la paroisse, quelque 200 000 $, combiné aux coûts de chauffage estimés pour la saison hivernale (environ 45 000 $), rendait impossible le maintien de l’église dans son état actuel.

Depuis,la générosité accrue des paroissiens et l’organisation de plusieurs activités au profit de la paroisse semblent laisser entrevoir une lueur d’espoir. Comme ce marchethon organisé par les Filles d’Isabelle – Cercle Labossière 1285, dimanche dernier, et auquel de nombreux paroissiens ont pris part. «C’est extraordinaire ce que les Filles d’Isabelle ont réussi à faire en trois semaines seulement», de commenter M. Martin. Au total, 12 045,15 $ ont été amassés et seront remis à la paroisse. Un montant suffisant pour maintenir l’église ouverte? «Nous attendons le retour de Rome de Mgr Pierre Morissette pour nous réunir. La décision finale sera prise à ce moment», a indiqué le président du conseil de fabrique, au lendemain de l’évènement. Une rencontre devrait vraisemblablement se tenir au cours de la semaine prochaine, le retour de l’évêque de Saint-Jérôme étant prévu ce mercredi. Les recommandations concernant le budget 2009 de la paroisse Sainte-Anne-des-Plaines seront entérinées à ce moment.

Dernière messe dominicale

Reste qu’à moins d’un revirement de situation, la messe du dimanche 9 novembre, à laquelle bon nombre de paroissiens ont assisté, a donc sonné le glas pour l’église de Sainte-Anne-des-Plaines, à tout le moins jusqu’à sa réouverture, prévue le 11 avril 2009. Dans un appel à tous, le prêtre-modérateur Urbain Mumina Balel’ende a rappelé aux paroissiens que malgré la fermeture de «cette bâtisse appelée église», l’Église (avec un grand É) résistera toujours. «Parce que les fondations de l’Église, c’est l’humain. Nous sommes les pierres vivantes de notre Église. Et la communauté passera toujours avant la bâtisse», a-t-il dit. M. Balel’ende a ensuite invité les paroissiens à prendre conscience de ce bel héritage et à réfléchir sur la responsabilité de tous face à pareille situation. «L’église de Sainte-Anne-des-Plaines, ce n’est pas l’affaire d’un seul groupe. Ce n’est pas seulement l’affaire des marguilliers, des Chevaliers de Colomb ou des Filles d’Isabelle. C’est l’affaire de tous», a-t-il lancé aux paroissiens avant de demander à Dieu de les accompagner dans ce temps de tempête. «Marchons dans la même direction pour sauver notre église.»

En terminant, veuillez noter que la messe dominicale du 15 novembre sera célébrée à 11 h à l’école des Moissons, située sur la rue Chaumont, à l’angle de la 3e Avenue. Les autres messes de la semaine seront quant à elles célébrées à l’église du Très-Saint-Sacrement, située au 3550, montée Masson, à Blainville, l’autre lieu de culte de la paroisse.

YD_08_11_09_0505

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top