- PUBLICITÉ -

Un avenir professionnel enrichissant!

Riche de ses compétences

Dans la grande région métropolitaine, dont font partie les Basses-Laurentides, le taux de chômage avoisine les 6,7 %, un indice qui a atteint un creux historique à l’échelle de la province.

«Malgré ce contexte où il est plutôt facile de se trouver un travail, il demeure important de recevoir une éducation ou de la parfaire, affirme Michel Simard, directeur de la formation continue, affaires étudiantes et communications externes du collège Lionel-Groulx. Hausser ses compétences professionnelles permet entre autres de décrocher un emploi plus rémunérateur.»

Malgré cela, il en convient, pour quitter son emploi afin de se concentrer à temps plein à un retour aux études, il faut que le risque en vaille la chandelle. Première question à se poser: est-ce que le travail que je fais jour après jour me satisfait suffisamment pour que je fasse ça toute ma vie? Si la réponse est non, il faut sauter dans le train pendant qu’il passe.

Selon M. Simard, certaines formations menant à l’obtention d’une attestation d’études collégiales peuvent conduire, dès l’embauche, à un salaire annuel allant jusqu’à 40 000 $. C’est le cas de l’AEC Administration des réseaux et sécurité informatique. «Parfois, le gain principal d’un retour sur les bancs d’école réside davantage dans le nouvel environnement de travail dans lequel on se projette et le respect de nos valeurs de vie» , estime-t-il.

Un nouveau diplôme en poche peut, selon le secteur de travail choisi, permettre de travailler au sein d’une équipe à échelle humaine, dans un milieu stimulant et qui respecte davantage ses valeurs personnelles et familiales.

«Choisis un travail que tu aimes, et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie!» — Confucius. Animé par cette citation motivante? [http://www.formationcontinue.clg.qc.ca].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top