Enbridge : Des tests hydrostatiques sur à peine 10 % du pipeline

Reine
Reine Côté
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

À Mirabel, les citoyens ont manifesté contre les tests hydrostatiques bâclés par Enbridge. Ceux-ci se sont pointés à l’un des deux points d’accès au pipeline, entièrement recouvert et à l’abri des regards.

Des citoyens et activistes environnementaux se sont réunis, samedi dernier, devant l’un des deux points d’accès au pipeline, sur le boulevard Arthur-Sauvé, à Mirabel, afin de dénoncer haut et fort la pétrolière Enbridge, qui souhaite ardemment aller de l’avant avec l’inversion du flux sur la ligne 9B, sans pour autant s’assurer adéquatement de la sécurité de son pipeline.

À leur arrivée, les manifestants n’ont pu que constater l’enclos du pipeline entièrement recouvert de panneaux noirs et opaques, tandis que les policiers veillaient à ce que personne ne s’aventure de leur côté.

Patrick Bonin, le porte-parole de Greenpeace, et Patricia Domingo, l’ancienne mairesse de Sainte-Justine, prenaient également part à ce mouvement de résistance citoyenne organisé par Jean Léger, le porte-parole de Coalition Vigilance Oléoducs.

C’est que la compagnie pétrolière albertaine procède actuellement à des tests hydrostatiques, une mesure de sécurité exigée par 30 municipalités concernées. L’essai hydrostatique consiste à remplir le pipeline d’eau dépassant sa pression normale de fonctionnement afin de vérifier sa solidité. Or, Enbridge a accepté d’effectuer ces tests, mais sur seulement 10 % du trajet s’étendant sur 639 kilomètres.

«Ce n’est pas de vrais tests, mais un simulacre de tests, a souligné Patrick Bonin. L’Office National de l’Énergie (ONÉ) accepte ça pour protéger les profits d’Enbridge et au dépend de la sécurité de la population de la santé de la population et de la sécurité de l’approvisionnement en eau potable. C’est complètement inacceptable quand on considère le niveau de risque de ce pipeline, qui a 40 ans

Ce dernier ne s’est pas montré tendre envers la gouvernance de Harper. «Depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement fédéral a tout fait pour favoriser l’expansion des sables bitumineux, qui est l’un des premiers projets pour amener de grandes quantités de pétrole au Québec et qui est le pétrole le plus sale au monde», a-t-il ajouté.

Ce n’est guère mieux du côté de l’Assemblée nationale, considère Patrick Bonin, qui reproche aux élus de défendre les intérêts d’Enbridge et non ceux des Québécois. Celui-ci rappelle qu’en cas de déversement accidentel dans la rivière des Outaouais, pas moins de 26 stations d’eau potable de la région de Montréal se retrouveraient contaminées en quelques heures.

«Il faut se tenir debout. Le risque est très fort, très présent, et ce n’est pas vrai qu’on va accepter qu’une compagnie ne passe pas les tests les plus exigeants», a-t-il martelé avec insistance.

«C’est la sécurité de la population et de l’eau potable qui est en jeu. Le gouvernement fédéral ne fait rien et, même pire, se fait complice et a un lien majeur avec l’ONÉ. Aussi, il est clair qu’il faudra réformer cet office qui ne remplit pas son mandat public actuellement», a-t-il ajouté.

Patricia Domingos, l’ancienne mairesse de Sainte-Justine-de-Newton, où se trouve la porte d’entrée au Québec du pipeline, dénonce pour sa part le peu d’écoute d’Enbridge, comme elle s’y applique depuis plusieurs années.

Sur la partie du pipeline concernant sa municipalité, des fissures et des trous ne sont toujours pas réparés. Pire encore, la valve servant à arrêter le flux n’est pas automatique, mais manuelle, elle est placée dans un rang et impossible à atteindre en plein hiver en cas de problème.

«Comment peut-on avoir confiance envers Enbridge quand on a du travail bâclé?», s’interroge Mme Domingos, soulignant du même coup que la compagnie pétrolière n’a toujours pas présenté de plan d’urgence d’intervention en cas de déversement.

 

Organisations: Enbridge, Greenpeace, Coalition Vigilance Oléoducs Office National Assemblée nationale

Lieux géographiques: Sainte-Justine, Québec, Région de Montréal Sainte-Justine-de-Newton

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires