- PUBLICITÉ -
Un système mixte pour recouvrer la santé

(Photo Michel Chartrand)

Un système mixte pour recouvrer la santé

Action démocratique du Québec, comté de Groulx

La députée sortante du comté de Groulx, l’adéquiste Linda Lapointe, appuie sans réserve les recommandations de l’ADQ en matière de santé, laquelle propose de revoir l’ancien modèle érigé lors de la Révolution tranquille.

Avec comme principal enjeu l’autonomie du système de santé, vers lequel sont dirigés 50 % des impôts des contribuables, la députée sortante entend redéfinir le rôle du ministère et des agences en santé. Visé en premier lieu, un regroupement des agences de la santé vers des agences dites suprarégionales qui permettraient ainsi d’offrir de meilleurs soins aux patients, en éliminant les lourdeurs et les redondances administratives.
«Il faut garder à l’esprit que seul le patient est important et il faut lui garantir les meilleurs soins. En baissant les coûts reliés à l’administration, l’argent est ainsi remis aux patients», précise Mme Lapointe.

Mettant de l’avant une médecine à deux niveaux, soit le privé et le public, au moyen du projet de loi 392 (qui fut entériné par les trois fédérations de médecins du Québec), l’ADQ concéderait aux patients, entre autres, la possibilité de sauter, sans frais, vers une médecine privée en vue d’accélérer certains traitements médicaux jugés cruciaux pour leur survie.
«On se doit d’établir un seuil d’attente. Les malades qui doivent être opérés ou soignés dans les meilleurs délais ne peuvent attendre indéfiniment. Voilà pourquoi le privé deviendrait une alternative.»

Soulignant qu’il ne faut pas remettre en question l’accessibilité des soins, mais plutôt opter pour un modèle gagnant (comme c’est le cas en Europe) par ce système de mixité, la députée sortante précise que l’objectif désiré est de désengorger les hôpitaux.
«L’important, pour le comté de Groulx, c’est d’arriver à garantir de meilleurs soins de santé à tous les citoyens. Les coopératives de santé que nous proposons permettraient à la population de se réapproprier l’organisation des soins de santé, à travers un partenariat communauté-médecins. Le système mixte que l’on propose de mettre de l’avant, d’une façon encadrée et que les trois fédérations de médecins du Québec ont appuyé, donnerait un apport financier supplémentaire tout en garantissant l’accès à des soins de qualité pour tous. Nos politiques sont claires et se rejoignent sur un point: la primauté du patient, du citoyen, avant toute autre considération», affirme la députée sortante.

De plus, soulignons que l’ADQ propose un montant forfaitaire de 100 $ pour tout aidant naturel, et ce, sans limitation de temps. Consciente que ceux-ci contribuent à désencombrer le système de la santé, l’ADQ entend reconnaître leur statut.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top