- PUBLICITÉ -
Début de la campagne de vaccination dans les Laurentides

Début de la campagne de vaccination dans les Laurentides

Grippe A (H1N1)

La nouvelle est sur toutes les tribunes depuis plusieurs mois déjà, le coup d’envoi de la campagne de vaccination contre la grippe A (H1N1) aura finalement été donné, ce lundi 26 octobre, sur l’ensemble du territoire des Laurentides.

La plus vaste campagne de vaccination jamais déployée au Québec à ce jour s’adresse, en premier lieu, aux personnes à risque de complications (les personnes de moins de 65 ans avec maladies chroniques, les femmes enceintes, les enfants de plus de 6 mois à moins de 5 ans et les personnes habitant avec un proche à risque) et aux travailleurs de la santé.

Une fois cette première phase complétée, c’est toute la population qui sera ensuite invitée à se rendre dans l’un des 13 centres de vaccination des Laurentides, et ce, dès le 16 novembre. «Nous espérons sincèrement que la population ira se faire vacciner parce nous estimons que le vaccin demeure le meilleur moyen de se protéger contre la grippe A (H1N1) tout en protégeant les gens autour de soi», d’établir Sylvie Laganière, directrice générale adjointe de l’Agence de la santé et des services sociaux des Laurentides. De fait, sur une population régionale se chiffrant à quelque 520 000 personnes, l’Agence espère qu’au moins 400 000 personnes répondront à l’appel.

Un vaccin fortement recommandé

Offert gratuitement et sur une base volontaire, le vaccin contre la grippe A (H1N1) demeure fortement recommandé pour l’ensemble de la population. Il a d’ailleurs déjà été administré aux travailleurs de la santé de l’Hôtel-Dieu de Saint-Jérôme, vendredi dernier. «C’est un vaccin qui ne fait pas mal au moment de son administration et qui tout au plus peut occasionner une légère douleur au bras», de soutenir à son tour le Dr Jean-Luc Grenier, médecin-conseil à la Direction de santé publique des Laurentides.

Poursuivant, le Dr Grenier affirme que les études démontrent que plus de 95 % des gens répondent positivement à la dose. Bien qu’offrant une protection maximale deux semaines après son administration, le vaccin permet déjà une certaine protection après seulement cinq jours.
«Dans le cadre de cette campagne, nous faisons aussi appel à la conscience sociale des gens pour éviter que le virus ne se propage. D’ailleurs, l’avantage d’être vacciné est de loin supérieur au risque, ce qui en fait un choix relativement clair», a-t-il ajouté, avant de joindre le geste à la parole en se faisant lui-même vacciner.

Soulignons que le Québec vit présentement sa deuxième vague de grippe A (H1N1), après celle qui a sévi en mai dernier. Depuis le début du mois d’octobre, la région des Laurentides a répertorié une quinzaine de cas d’infection, ce qui n’est toutefois pas représentatif de l’ampleur de cette vague. «Beaucoup de personnes atteintes de syndromes d’allure grippale – fièvre, toux, courbature et mal de gorge – demeurent chez elles, ce qui rend difficile la comptabilisation des gens malades», fait remarquer la Dre Piquet-Gauthier. Reste que si les symptômes persistent, il devient dès lors recommandé de se rendre à l’hôpital.

Pour connaître les horaires et les lieux de vaccination, contactez votre Centre de santé et services sociaux (CSSS) Thérèse-De Blainville au 450-430-4553, poste 6305, ou [www.cssstheresedeblainville.qc.ca], ou Lac-des-Deux-Montagnes au 450-491-1233 ou [www.moncsss.com]. Détails également disponibles sur le [www.pandemiequebec.gouv.qc.ca].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top