- PUBLICITÉ -
Journal Nord Info et La Voix des Mille-Îles

Réévaluation en cours des services d’aide à domicile

Mesures de redressement budgétaire au CSSS Thérèse-De Blainville

Depuis novembre dernier, en raison d’un dépassement budgétaire important dans les services offerts aux personnes âgées à domicile, le Centre de santé et de services sociaux de Thérèse-De Blainville (CSSS) tente, par des mesures de redressement, de retrouver son équilibre budgétaire. L’exercice devrait prendre environ un an, estime le directeur général de l’établissement, André Poirier.

«Tous les dossiers de nos usagers sont actuellement revus selon la grille d’évaluation standardisée. Le but est de nous assurer que les services accordés concordent avec les services requis», explique-t-il.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que l’excédent des dépenses découle principalement des allocations directes effectuées dans le cadre du programme d’aide à domicile et des services d’aide à domicile. Ces allocations découlent à leur tour directement d’une série de mesures mises en place par l’établissement, il y a un an. «Ces mesures avaient pour but de soutenir, entre autres, la fermeture de 30 lits à l’Hôpital de Saint-Eustache», d’expliquer M. Poirier. Or, le financement relié à ces mesures et provenant de l’Agence de santé et services sociaux des Laurentides ayant cessé depuis février 2008, le CSSS se retrouve aujourd’hui en situation de déficit. «Depuis, trop d’heures supplémentaires non autorisées ont été accordées», pointe-t-il, d’où la nécessité de réduire graduellement ces heures en surcroît. Aucune abolition de poste permanent d’auxiliaire à l’aide à domicile n’est toutefois prévue, affirme-t-on. Précisons également que l’accès aux services est maintenu au même niveau pour les soins infirmiers, les services de physiothérapie, d’ergothérapie, de nutrition clinique et d’inhalothérapie, ainsi que pour les services sociaux. Les services de suivi intensif pour éviter l’hospitalisation ou pour favoriser le retour rapide à domicile sont également maintenus, tout comme les services en soins palliatifs à domicile.

Des études contradictoires

Bien qu’aujourd’hui confronté à ces mesures de redressement, le CSSS a tout de même enregistré, depuis trois ans, une croissance importante du budget consenti pour les services offerts à domicile. «Notre budget pour ces services en particulier est passé de 6 257 000 $, en 2006-2007, à 8 285 000 $ cette année», souligne M. Poirier, soit une augmentation de 32 %. Reste que la forte augmentation démographique enregistrée sur le territoire de la MRC de Thérèse-De Blainville, jumelée au vieillissement de la population et à l’apparition de nombreuses résidences pour personnes âgées, continue de faire en sorte que la demande augmente plus rapidement que les budgets. «Des efforts sont faits et la région des Laurentides reçoit plus en termes de budget alloué que toute autre région du Québec», note M. Poirier. Reste que le rythme de retour à l’équilibre entre les régions demeure, selon lui, et malgré tous les efforts déployés, bien en deçà de ce qu’il devrait être.

Enfin, mentionnons que 38 noms figurent actuellement sur la liste d’attente du CSSS pour des soins à domicile, comparativement à 67, en début d’année 2008.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top