- PUBLICITÉ -
Gaz à effet de serre: 39 tonnes de moins à Blainville

(Photo Michel Chartrand)

Gaz à effet de serre: 39 tonnes de moins à Blainville

Jour de la Terre

Saviez-vous qu’il est possible pour les municipalités du Québec de procéder à un calcul des émissions de gaz à effet de serre (GES) sur l’ensemble de leur territoire? Profitant du Jour de la Terre, le 15 avril dernier, la Ville de Blainville a présenté le plus récent bilan de ses émissions pour les années 2006 et 2007.

«Comme vous le savez, dans le cadre de la réflexion de la commission de l’environnement et du développement durable que je préside, la Ville de Blainville s’efforce particulièrement de réfléchir à une politique large et un plan d’action, mais surtout de poser des gestes concrets qui traduisent notre volonté d’exercer un leadership en matière d’environnement sur notre territoire», de préciser Guy Frigon, conseiller municipal.

Ce nouveau bilan a été préparé par la firme YMC Environnement. Cette entreprise a eu pour mandat d’analyser les émissions produites dans les secteurs des bâtiments et du transport de la Ville. Selon les données, il semble que YMC ait observé deux tendances: une baisse significative des émissions de GES, en lien avec la consommation d’essence, et l’augmentation du recours au gaz naturel.
«Selon les études, un moteur qui tourne au ralenti pendant 10 minutes, tous les jours, peut produire un quart de tonne de CO2 en une année. Cela correspond à une production de près de 10 % des GES émis par un véhicule», de souligner M. Frigon, invitant les automobilistes à couper le moteur de leur véhicule quand la situation le permet.

Selon l’étude, il semble que la Ville de Blainville ait connu une diminution de 2,63 % de ses émissions, soit l’équivalent de 39 tonnes de GES, de 2006 à 2007. D’après la Ville, cette baisse serait étroitement liée à sa gestion des carburants et aux transformations apportées à sa flotte de véhicules municipaux.
«Avec l’ajout de nos véhicules hybrides, nous avons observé une diminution d’achat de carburant», explique le conseiller municipal, précisant que la flotte risque de s’agrandir avec le renouvellement des véhicules.

Parmi les statistiques présentées, il semble que le secteur des bâtiments représente 79 % de la consommation énergétique de l’administration municipale. Ce secteur totalise 465 tonnes, et produit 31 % des GES de la Ville, constituant ainsi le deuxième secteur en importance.

Au chapitre des transports, ceux-ci figurent parmi les premiers en importance dans le bilan des émissions de GES et comptent pour 66 % de ses émissions totales. Pour sa part, le carburant compte pour 21 % des besoins énergétiques de la Ville, qui génère 982 tonnes, soit 66 % des émissions de gaz issues de la consommation d’énergie. De plus, l’inventaire montre que la consommation d’essence a diminué de 24 % pour les années 2006 et 2007, alors que celle du diesel a augmenté de 0,6 %.

Selon la Ville, cette diminution de la consommation globale du secteur du transport a permis à Blainville de réduire les émissions de 143 tonnes. «À notre arrivée, en novembre 2005, la Ville ne comptait qu’un seul véhicule hybride. Près de quatre ans plus tard, la croissance annuelle de nos véhicules qui ne consomment pas ou très peu d’essence place Blainville très avantageusement parmi les municipalités du Québec», de conclure M. Frigon.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top