- PUBLICITÉ -
Journal Nord Info et La Voix des Mille-Îles

Mario Lavallée et Dave McKinley s’opposent au projet

Implantation d’AccelLAB sur le chemin de la Rivière-Cachée

Les conseillers municipaux des districts 7 et 8 de Boisbriand, Mario Lavallée et Dave McKinley, tous deux membres de l’opposition au conseil municipal de Boisbriand, ont pris position au sujet du laboratoire de recherche médicale qui doit s’implanter au 3800, du chemin de la Rivière-Cachée et qui abriterait quelque 400 porcs: ils s’opposent au projet.

«La consultation publique du 7 avril dernier était une étape très importante à nos yeux. Comme conseillers municipaux, nous avons le devoir de permettre à des entreprises sérieuses comme AccelLAB de présenter leurs projets. Toutefois, nous avons avant tout le mandat de représenter les citoyens. Et le message de nos concitoyens est clair: ils rejettent massivement ce projet», a déclaré Mario Lavallée, conseiller du quartier où doit être implanté le centre de recherche qui a pour mandat de tester sur les animaux des implants cardiaques avant leur commercialisation.

Inquiet pour l’avenir

En entrevue téléphonique, Mario Lavallée a admis qu’AccelLAB n’a jamais fait de nuisance. «Et je suis pas mal sûr qu’il n’en fera pas», ajoute-t-il. Ce qui l’inquiète beaucoup plus, par contre, c’est le manque de limitation quant à l’utilisation des terres si cette entreprise venait à fermer ses portes. Le conseiller municipal veut des garanties pour que l’usage des terrains fasse l’objet de limitations sévères. «Un conseil municipal, c’est quelque chose d’éphémère, rappelle-t-il. Les entreprises aussi. Qu’arrivera-t-il si l’entreprise ferme ses portes ou est rachetée par une multinationale?» Or, il voudrait des garanties écrites qui auraient force de loi.
«Le projet a été présenté à la Ville de Boisbriand comme la mise en place d’un laboratoire haut de gamme qu’on qualifiait de ferme d’hébergement de porcs faisant partie d’un laboratoire d’expérimentation biomédicale», indiquent les deux conseillers dans le communiqué qu’ils ont publié.

Une question d’emplacement
«Il y a des endroits plus vastes et isolés aux environs de Montréal que celui envisagé à Boisbriand», ajoute Dave McKinley, conseiller municipal du quartier voisin. Il dit se prononcer publiquement parce qu’il a vu plusieurs citoyens de son quartier assister à l’assemblée du 7 avril dernier. Il se positionne contre le projet pour faire entendre la voix des citoyens qu’il représente. «J’ai un très grand respect pour les gens d’AccelLAB et je n’ai pas de commentaires négatifs à dire contre le docteur Leclerc et son équipe, a-t-il ajouté. Leur projet est bon, mais il est situé à la mauvaise place.» Il dit cependant ne pas pouvoir identifier de site qui pourrait accueillir le laboratoire de M. Leclerc à Boisbriand.

Par ailleurs, les deux conseillers estiment que bien des questions n’ont pas trouvé de réponse. Au moment de faire l’entrevue, le conseil municipal n’avait pas encore tenu de réunion de travail pour discuter de la question.

Le projet d’AccelLAB a reçu l’aval du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs et son implantation sur le terrain situé en bordure du chemin de la Rivière-Cachée est conforme à la réglementation municipale.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top