- PUBLICITÉ -
La Municipalité d’Oka souhaite reprendre les immeubles de l’Abbaye

(Photo Michel Chartrand)

La Municipalité d’Oka souhaite reprendre les immeubles de l’Abbaye

Les démarches sont en cours

Face à l’impossibilité de la Corporation de l’Abbaye d’Oka de payer, depuis deux ans, ses impôts fonciers scolaire et municipal, une somme de près de 100 000 $, la Municipalité d’Oka a annoncé son intention de procéder, au cours des prochaines semaines, à l’acquisition des immeubles de l’Abbaye cistercienne d’Oka afin «d’assurer le paiement des revenus de taxation provenant de l’Abbaye».

«Ces démarches visent deux objectifs: premièrement, nous nous assurons que la garantie financière fournie par la Municipalité ne soit pas exercée. À cet égard, nous avons annoncé notre intention de reprendre possession des immeubles de l’Abbaye. Deuxièmement, nous avons agi rapidement afin de rassembler les intervenants et renouveler le mandat de la Corporation de l’Abbaye d’Oka de façon à ce qu’elle puisse apporter toute son expertise à la Municipalité d’Oka pour trouver une solution permanente et préserver cette institution historique. À cet égard, nous avons bénéficié d’une collaboration positive de la Corporation et de ses représentants», a déclaré, par voie de communiqué de presse, le maire Richard Lalonde.

Actuellement la propriété de la Corporation de l’Abbaye d’Oka, mise sur pied en 2005 afin de voir à la préservation et à la mise en valeur de ce site après le départ des pères trappistes, installés depuis un an à Saint-Jean-de-Matha, dans la région de Lanaudière, l’Abbaye d’Oka tarde toujours à trouver sa nouvelle vocation de complexe écotouristique. Pour l’heure, seule une école privée spécialisée dans la formation sport-études du collège Harrington y loge. Aussi, on y a tourné dernièrement un film d’horreur, ce qui n’a guère plu aux pères trappistes qui suivent le dossier de près: ceux-ci sont toujours en attente d’une somme de 1,5 million de dollars qui leur est due à la suite d’une transaction conclue en 2007. Ce montant doit normalement être acquitté pour 2012.

Dans son communiqué de presse, le maire Lalonde, dont la Municipalité est incidemment membre de la Corporation, a dit regretter que le plan initial qui avait été établi par tous les intervenants n’ait pu se concrétiser comme prévu. «Plusieurs objectifs ont été atteints, mais nous sommes d’avis qu’il est temps de définir une nouvelle orientation», a-t-il indiqué, ajoutant au passage qu’il souhaite la collaboration et la mobilisation des intervenants du milieu pour mettre en valeur l’important site d’intérêt patrimonial qu’est l’Abbaye d’Oka.

Enfin, le maire Richard Lalonde a donné l’assurance que la Municipalité d’Oka entend travailler conjointement avec la Corporation pour évaluer toutes les options qui s’offriront à elle. Aussi, il a fait savoir qu’un plan d’action, dont l’élaboration répondra à «l’orientation la plus bénéfique pour les citoyens d’Oka», sera élaboré. Le plan d’action saura, en outre, a-t-il dit, «préserver le caractère historique du site de l’Abbaye».

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top