- PUBLICITÉ -
Gym-Plus se donne un nouvel élan

(Photo Michel Chartrand)

Gym-Plus se donne un nouvel élan

Des installations spacieuses à Boisbriand

Dorénavant doté d’installations plus vastes et plus appropriées à Boisbriand, le club régional de gymnastique Gym-Plus est reparti sur une lancée lui permettant non seulement de procurer des assises plus solides à son programme compétitif, mais d’offrir une gamme élargie de services dans le secteur récréatif.

C’est du moins ce que l’auteur de ces lignes a été en mesure de constater lors d’une visite des nouveaux locaux du club, appelés Centre d’entraînement permanent, et situés au 95, boulevard des Entreprises, dans un des segments du parc industriel de Boisbriand.

La prise de possession, l’automne dernier, de ce condominium industriel qui se donne des allures de gymnase a eu pour effet de vite faire oublier la flagrante vétusté des locaux du 71, rue Dubois, à Sainte-Thérèse. Le club Gym-Plus, dont le nombre de gymnastes membres se maintient à 500, est déménagé dans le nouvel emplacement en septembre.

L’enthousiasme de l’équipe d’entraîneures devant les meilleures possibilités d’utilisation qui se présentent à elles est palpable. «L’espace dont nous disposons nous permet de réaliser des mouvements gymniques qui exigent, dans certains cas, plus de hauteur et donc plus de complexité», mentionne l’entraîneure-chef du volet compétitif du club, Valérie Turp.

Le plafond du local est à une hauteur de 20 pieds, ce qui, selon la présidente du conseil d’administration du club, Rachel Bard, était le minimum nécessaire pour les besoins des gymnastes.

Il n’y a cependant pas que des avantages à l’acquisition de ces nouveaux locaux. La commodité d’être localisé à Sainte-Thérèse, c’était une plus grande proximité avec l’école secondaire Saint-Gabriel qui offre le programme sport-études. «Les enfants pouvaient venir s’entraîner à pied tout de suite après l’école et ça leur évitait de devoir s’entraîner pendant 15 à 20 heures par semaine le soir. Pour éviter cela, nous devons maintenant déplacer les enfants en autobus et ce sont les parents qui doivent assumer la facture du transport», a mentionné Valérie Turp.

Bien sûr, le rêve pour les entraîneures et le conseil d’administration serait éventuellement d’être «rapatriés» à Sainte-Thérèse, mais le manque de locaux ou bâtiments adéquats aux activités du club sur le territoire térésien rend ce projet pratiquement inenvisageable.
«Idéalement, ce serait de pouvoir profiter d’un espace plain-pied de 25 000 pieds carrés où il serait aussi possible de creuser des fosses de réception», commente Valérie Turp.

Ces fosses permettent de réduire les risques liés à de mauvaises réceptions au sol lors de figures acrobatiques exécutées, par exemple, en gymnastique artistique et en trampoline.

Une ressource en renfort

Depuis décembre dernier, le club Gym-Plus peut compter sur une personne-ressource à temps plein qui veille à la bonne marche des activités du club, en instaure de toutes nouvelles, et déleste l’entraîneure-chef de certains dossiers qui étaient sous sa responsabilité. «Valérie peut maintenant canaliser pleinement son énergie sur le développement de nos jeunes gymnastes», assure Rachel Bard.

France Lauzon, qui détient le titre de directrice administrative, gère et structure les programmes en cours et tente, lorsque possible, de soumettre des demandes de subventions auprès des ministères concernés.
«Ayant déjà œuvré au sein de centres de la petite enfance, France nous a aidés à élaborer un programme de prématernelle éducative et sportive pour enfants de 3 à 5 ans, supervisé par des éducateurs spécialisés avec une composante en gymnastique», énonce Mme Bard.

Les objectifs du programme visent le développement de l’enfant en abordant les dimensions affective, sociale et morale, cognitive, langagière, physique et motrice. Par l’intermédiaire du volet gymnastique, l’enfant travaille la souplesse, le rythme, l’équilibre, la concentration et l’orientation spatiale.

Des thèmes sont abordés chaque semaine. Causeries, activités de bricolage, jeux coopératifs et autres sont préconisés pour aider l’enfant à communiquer et socialiser.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top