- PUBLICITÉ -
Yvon Bolduc en visite à l’usine La Petite Bretonne

(Photo Michel Chartrand)

Yvon Bolduc en visite à l’usine La Petite Bretonne

Président-directeur général du Fonds de solidarité FTQ

De passage dans les Laurentides, le jeudi 17 février, le président-directeur général du Fonds de solidarité FTQ, Yvon Bolduc, en a profité pour visiter l’usine La Petite Bretonne, située à Blainville.

Il faut dire qu’entre la FTQ et La Petite Bretonne, une relation d’affaires existe depuis déjà quelques années. «En 2005, la FTQ m’a consenti un prêt de 300 000 $ pour mon fonds de roulement», indique le propriétaire de l’entreprise, Serge Bohec. Quelques années plus tard, au moment de concrétiser son projet d’expansion, La Petite Bretonne a bénéficié d’un second prêt de la FTQ, cette fois à hauteur de un million de dollars.

Profitant de la tribune, M. Bolduc a fait la promotion du REER du Fonds de solidarité FTQ, un outil efficace pour qui souhaite adopter de saines habitudes d’épargne, dit-il. «Par exemple, pour économiser 100 000 $ en 25 ans dans le REER du Fonds de solidarité FTQ, un travailleur n’a qu’à débourser 22 000 $ ou 880 $ nets par année. S’il avait choisi un autre produit de placement comme fonds commun équilibré canadien, ses économies ne s’élèveraient qu’à 67 500 $ sur la même période», a-t-il démontré.

Dans son allocution, M. Bolduc s’est dit préoccupé par le faible taux d’épargne des Québécois et par l’accroissement constant du taux d’endettement. Selon lui, le fait de souscrire tôt à un régime épargne-retraite produit une différence notable. «À eux seuls, les régimes publics ne suffiront pas à offrir aux Québécois une retraite confortable», estime-t-il.

À cet effet, M. Bolduc a souligné que la campagne de souscription 2011 battait toujours son plein, selon trois modes de contribution: la retenue sur le salaire, le prélèvement bancaire automatique et le paiement forfaitaire.

Selon les données fournies, la FTQ a investi, via son Fonds de solidarité FTQ, son Fonds régional de solidarité FTQ et ses divers fonds locaux, plus de 400 millions de dollars dans quelque 80 entreprises des Laurentides, favorisant le maintien ou la création de quelque 2 600 emplois. À travers le Québec, la FTQ affichait, au 30 novembre 2010, un actif net de 7,7 milliards de dollars et comptait 577 511 actionnaires-propriétaires.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top