- PUBLICITÉ -
Tricentris: 100 000 $ de pertes par semaine

Tricentris subit les impacts du ralentissement de la demande mondiale et de la chute du prix des matières recyclables.

Tricentris: 100 000 $ de pertes par semaine

Impacts de la crise financière

Qu’arrivera-t-il avec vos matières recyclables? Avec la crise économique qui se pointe à l’horizon, plusieurs industries et secteurs de l’économie au Québec et dans la région des Basses-Laurentides sont en train de subir les impacts du ralentissement de la demande mondiale et de la chute du prix de la matière.

Parmi les industries au cœur de la crise, le Centre de tri Tricentris n’échappe pas aux impacts du ralentissement économique. «Actuellement, nous perdons en moyenne, entre 80 000 $ et 110 000 $ par semaine. La situation est comme ça depuis le début du mois de novembre», de préciser Martin Lamoureux, responsable des communications pour Tricentris.

Organisme sans but lucratif, Tricentris est un centre de tri qui offre, depuis le début des années 1990, un service à coût stable et optimal en ce qui concerne la gestion des matières recyclables. Ayant connu une évolution pour le moins fulgurante, le centre de tri se classe parmi les plus importants au Québec en ce qui concerne le volume traité de résidus d’origine municipale.

Au fil des années, Tricentris a connu une augmentation de 149 % des matières traitées depuis son ouverture. Tellement que l’entreprise d’économie sociale était fière de pouvoir vendre ses matières en Chine. «Nous avons commencé à sentir, en même temps que les Jeux olympiques, un ralentissement pour ce qui est de la vente de nos ressources en Chine. Nous savions que le pays avait décidé de ralentir la production dans ses usines», mentionne M. Lamoureux, précisant que la demande n’a jamais repris par la suite.

Quelles sont les solutions préconisées pour atténuer les effets de ce ralentissement? Comme première action, les dirigeants de Tricentris ont décidé, à la fin de 2008, de demander de l’aide financière aux municipalités membres de l’organisme. «Avec l’aide financière que nous avons reçu de certaines municipalités (environ 600 000 $), nous sommes bons jusqu’à la fin janvier», explique le porte-parole, manifestement inconfortable à l’idée de parler de la situation précaire de Tricentris.
«Ce qui va nous aider, ce sont les cotisations annuelles des Villes membres qui vont entrer bientôt», explique-t-il, précisant que cela pourrait permettre à l’entreprise de prolonger ses services.

Gestion de la matière

En ce qui concerne la gestion de la matière recyclable, Tricentris a obtenu le droit d’entreposer sur certains terrains municipaux. Les matières pourront êtres utilisées dès que l’économie sera plus favorable et que les entreprises en feront la demande. «Le seul problème, avec l’entreposage, c’est le papier journal. Ce papier ne peut pas être entreposé trop longtemps à cause de l’encre», dit-il.

Rappelons que Tricentris dessert actuellement 56 municipalités membres et une vingtaine de municipalités clientes, pour une population totale de plus 550 000 citoyens, répartis dans trois régions administratives: Laurentides, Outaouais et Lanaudière. L’équipe de travail comporte une cinquantaine d’employés, qui ont traité 41 000 tonnes de matières recyclables, en 2004, année où le chiffre d’affaires a atteint 4 millions de dollars.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top