- PUBLICITÉ -
Retraités, au travail!

(Photo Michel Chartrand)

Retraités, au travail!

Projet Espace travail-retraite

La main-d’œuvre pourrait commencer à manquer dans les Basses-Laurentides. C’est pourquoi la Chambre de commerce et d’industrie Thérèse-De Blainville (CCITB) suggère de se tourner vers des travailleurs expérimentés: des retraités.

À la retraite pour ou contre leur gré, encore désireux de travailler et voulant arrondir leurs fins de mois, des candidats qualifiés de plus de 55 ans pourront profiter du projet Espace travail-retraite, lancé la semaine dernière en collaboration avec plusieurs partenaires tels que le Centre d’intervention des Basses-Laurentides en emploi (CIBLE), le réseau FADOQ des Laurentides, la table de concertation du troisième âge, Plastigroulx et Alia Conseil.

«Ils sont encore en forme. Et avec le manque de main-d’œuvre sur le marché du travail, je crois que le mariage se fait parfaitement», a indiqué la directrice générale de la CCITB, Véronique Leblanc.

Pour la chargée de projet Cynthia Kabis, il s’agit de faire d’une pierre deux coups: «On aide les entreprises à éviter la pénurie de main-d’œuvre tout en offrant aux aînés une réintégration au milieu du travail.»

«Il est parfois difficile pour ces personnes qui ont travaillé toute leur vie, de se désengager du monde du travail, et qui ont besoin de se trouver une source de motivation, a poursuivi celle qui a rappelé la richesse d’engager l’un de ces candidats. Les coûts de formation sont diminués puisque le travailleur, qui est qualifié, pourra s’adapter rapidement. La personne engagée peut également faire un transfert d’expertise aux plus jeunes et être flexible, c’est-à-dire combler, par exemple, un poste à temps partiel ou pendant les vacances estivales.»

À la suite de l’embauche d’un candidat par une entreprise de la région, une marche à suivre sera implantée pour outiller le mieux possible tant l’employeur que l’employé dans la réinsertion de ce dernier au milieu du travail. «Une heure d’accompagnement et de coaching sera initialement prévue et un suivi sera aussi effectué après trois mois», a précisé Cynthia Kabis.

Dans le processus précédant l’embauche, ce sera aux partenaires du projet de jouer. «Par exemple, le CIBLE a déjà des projets mis en place pour accompagner les gens à parfaire leur curriculum vitae et leur entrevue. C’est la beauté de concertation avec les partenaires. Elle est essentielle pour la réussite du projet», a indiqué Véronique Leblanc.

L’équipe d’Espace travail-retraite commencera à faire de la sollicitation par voies postale et téléphonique auprès d’entreprises de la région au début du mois d’août afin que ces dernières affichent des postes. «Nous espérons intégrer au moins huit personnes pour la première année», a poursuivi Mme Kabis.

Futurs employeurs et employés sont invités à consulter le site Web du projet rendu possible notamment grâce au soutien financier du gouvernement du Canada, via le programme Nouveaux Horizons, au [www.espacetravailretraite.com].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top