- PUBLICITÉ -
Réduire les risques de clonage des cartes de crédit

(Photo Yves Déry)

Réduire les risques de clonage des cartes de crédit

Service de police de Blainville

Les consommateurs et les commerçants de Blainville sont invités à ouvrir l’œil. Finie l’époque où les hors-la-loi pouvaient rapidement et facilement subtiliser les terminaux de point de vente (TPV) dans les différents magasins de la ville.

Depuis quelques semaines, le Service de police de Blainville, en partenariat avec l’Association des gens d’affaires de Blainville (AGAB), a décidé de s’attaquer de front à ce fléau. Comment? En élaborant un important programme pour contrer le clonage des cartes de débit et de crédit.

«Le Projet clonage vise à contrer le fléau des fraudes effectuées par l’entremise des terminaux de transaction par carte de paiement. Il faut savoir qu’il faut 17 secondes pour un malfaiteur pour subtiliser un appareil dans un magasin», explique Stéphane Giguère, préventionniste et agent aux relations communautaires pour le Service de police de Blainville.

L’idée du projet est toute simple. Il s’agit d’installer un autocollant en plastique sur le côté du terminal. Sur cet autocollant de couleur rouge, on retrouve des numéros d’identification ainsi que les logos du Service de police de Blainville et de l’Association des gens d’affaires. Si le malfaiteur change le TPV pour en installer un nouveau, le caissier risque de voir rapidement qu’il ne s’agit plus du même terminal.

«L’une des pratiques des fraudeurs est de remplacer les claviers NIP par des modèles identiques, mais frauduleux, qui permettent aux contrevenants de télécharger par réseau sans fil les données stockées sur la bande magnétique des cartes de débit et le NIP quand le titulaire s’en sert», explique Stéphane Giguère.

L’idée du projet n’est pas nouvelle. Elle a été élaborée par le Service de police de la Ville de Mont-Tremblant, l’hiver dernier. «On a pris connaissance de l’initiative du Service de Mont-Tremblant et nous l’avons adaptée à notre réalité», explique Jonathan Tremblay, agent au Service de police de Blainville.

Afin de réaliser le projet, le Service de police a sollicité le soutien de l’Association des gens d’affaires de Blainville pour entrer en relation avec les commerçants. Actuellement, 334 commerces ont été visités. De ce nombre, 265 entreprises sont désormais protégées, pour un total de 467 TPV sécurisés et 688 autocollants installés. À noter: les entreprises à risque sont la restauration rapide, les pharmacies ainsi que les dépanneurs et les stations-services.

«J’ai trouvé leur intervention pertinente et efficace. Je suis heureux de savoir que les transactions effectuées chez nous sont sécuritaires et désormais à l’abri de ce type de fraudes», mentionne Philippe Bolduc, vice-président de l’Association des gens d’affaires de Blainville. La contribution des gens d’affaires est de 1 000 $. Les commerçants désirant se procurer ce type d’outil sont invités à communiquer avec le Service de police de Blainville.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top