- PUBLICITÉ -
Quand un souper mène à l’alimentation santé

Photo Benoît Bilodeau - Kathleen Grohman, copropriétaire de La Moisson.

Quand un souper mène à l’alimentation santé

Kathleen Grohman, copropriétaire de La Moisson

Déjà copropriétaire d’un restaurant à Sainte-Thérèse avec son frère jumeau Harold, Patrick Grohman décide, au sortir d’un souper avec un ami au restaurant Commensal, à Montréal, de changer de cap et de se diriger, au début des années 1990, vers la restauration végétarienne. Une décision qui changera non seulement le cours de sa vie, mais aussi celle des membres de sa famille immédiate, y compris sa fille Kathleen, aujourd’hui directrice générale du supermarché santé La Moisson, situé rue Sicard, à Sainte-Thérèse, aux abords de l’autoroute 15.

«Mon père a toujours été un homme de projets, d’idées, débrouillard. Je l’ai toujours vu, avec ma mère, mener des projets communs, et c’est dans cette ambiance d’entrepreneuriat que j’ai été élevée» , se rappelle la principale intéressée, l’une des deux filles, avec l’aînée Marie-Claude, du couple Grohman.

D’un restaurant à un magasin santé

Au sortir donc de ce fameux souper à Montréal, Patrick Grohman effectue des démarches pour obtenir ce qui deviendra la première franchise des restaurants Commensal, laquelle aura pignon sur la rue Saint-Charles. Un an plus tard, en 1991, constatant l’engouement des gens pour les aliments naturels, il ouvre un magasin dédié à cette vocation, à même le bâtiment qui abrite le restaurant; magasin qui aura pour nom La Moisson.

Le succès est tel que l’homme d’affaires doit déménager une première fois, puis une deuxième fois. Il se rapproche, du coup, du restaurant Commensal, qui lui, a déménagé entretemps dans le bâtiment que Patrick Grohman a acheté, et où loge actuellement le supermarché santé La Moisson.

Le succès que connaît la chaîne de restaurant Commensal s’estompe à la fin des années 1990, et encore une fois, Patrick Grohman a un nouveau projet, celui de fermer la franchise thérésienne et d’y déménager, encore une fois, en 2002, son magasin La Moisson. Ce sera le dernier déménagement, même s’il y aura éventuellement agrandissement vers le deuxième étage.

En première ligne dès le départ

Durant toutes ces années, Kathleen Grohman est de l’aventure, et même en première ligne. Dès l’âge de 14 ans, la femme âgée aujourd’hui de 46 ans travaille pour son père durant l’été et les fins de semaine. Inscrite en éducation spécialisée au cégep du Vieux-Montréal, elle ne s’y rendra finalement jamais.

«Nous sommes à l’été 1991, et je travaille déjà au restaurant pour mon père et celui-ci m’a demandé si je pouvais plutôt l’aider à ouvrir le magasin. J’ai dit oui, et je suis toujours restée. Je ne suis jamais allée au cégep. J’ai aidé à la préparation du magasin en vue de son ouverture, J’étais plus qu’une employée. Mon père m’a fait confiance, m’a laissé prendre des décisions. Cela m’allait bien, car, comme mon père, je suis de nature débrouillarde» , se remémore Mme Grohman qui, exception faite d’une petite «escapade» de quelques mois à peine, vivra toutes les étapes qui mèneront à ce qu’est devenu le supermarché santé La Moisson, l’un des plus gros marchés d’alimentation naturelle et biologique au Québec, comptant 85 employés.

Et l’aventure se poursuit…

Mais, l’aventure est loin d’être terminée. Il y aura la relève familiale à préparer, mais avant toute chose, Kathleen Grohman souhaite suivre la nouvelle tendance écologique en cours. Ainsi, les sacs de plastique seront éliminés dès le 1er juillet prochain, et on proposera aux clients des alternatives pour transporter leurs fruits, légumes et autres produits; une première à Sainte-Thérèse.

Actionnaire de l’entreprise avec sa sœur Marie-Claude et son beau-frère Stéphane Tremblay, l’entrepreneure a aussi le projet d’aménager, pour le début de l’année 2019, une section de 250 produits à acheter en vrac; une autre façon, dit-elle, d’être écoresponsable.

Après toutes années, Kathleen Grohman se dit toujours plus que comblée par son travail. «Il y a une belle énergie et nous avons beaucoup de plaisir au travail. C’est important pour nous d’être près de nos employés et de nos clients, d’avoir cette atmosphère familiale qui a fait notre succès et notre réputation. Et, c’est une belle mission que d’accompagner les gens pour qu’ils aient une vie plus saine» , de conclure celle-ci.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours


- PUBLICITÉ -
Top