- PUBLICITÉ -
L’offre de terrains industriels en baisse dans la MRC

Charles Le Borgne

L’offre de terrains industriels en baisse dans la MRC

Développement économique

Il sera de plus en plus difficile pour une entreprise industrielle de s’implanter dans la MRC de Thérèse-De Blainville ainsi que sur l’ensemble du territoire du Grand Montréal.

C’est ce qui ressort d’une étude réalisée en 2011 pour l’ensemble des villes membres de la Communauté métropolitaine de Montréal. «Nous avons commandé une étude dans le but de faire l’inventaire des terrains et espaces disponibles dans la MRC de Thérèse-De Blainville ainsi que sur l’ensemble du territoire du Grand Montréal», explique Charles Le Borgne, directeur général de la Société de développement économique (SODET) de la MRC de Thérèse-De Blainville.

Selon les résultats de l’étude, il semble que le territoire du Grande Montréal se retrouve avec une difficulté quant au nombre d’espaces disponibles en vue de l’implantation d’usines de moyenne et de grande taille. «En somme, il y a des terrains disponibles pour les petites entreprises qui recherchent 20 000 pieds carrés. Mais ça devient plus compliqué quand une entreprise a des besoins d’espace de 1,2 et même 3 millions de pieds carrés», confie le directeur général de la SODET.

En plus d’avoir de la difficulté à trouver des espaces de terrain disponibles, il semble que les zonages, dans certains secteurs, ainsi que la capacité des sols à recevoir des entreprises manufacturières et autres, font partie de la liste des contraintes.

«Il y a beaucoup de terrains, dans le secteur de Mirabel par exemple, disponibles pour l’implantation d’entreprises. Mais ces terrains sont en location. Les entreprises ne sont pas prêtes à venir investir des millions si elles ne seront jamais le propriétaire du terrain», explique le directeur général de la SODET.

Cette situation a des impacts directs sur le développement économique de la couronne nord de Montréal. Tellement qu’en 2010, la SODET a dû décliner l’offre de trois entreprises internationales à la recherche d’espaces de terrain, faute de lieu. «On glisse tranquillement vers une économie de service au niveau de la MRC et des autres MRC environnantes», de conclure Charles Le Borgne, indiquant que cette situation pourrait engendrer une baisse dans l’offre des emplois industriels disponibles dans les prochaines années.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top