- PUBLICITÉ -
Entête - Économie

Boisbriand modifie le processus d’octroi des mandats professionnels

Points de discorde majeurs au conseil municipal

La mairesse de Boisbriand, Marlène Cordato, s’est trouvée dans la nécessité d’utiliser son droit de vote prépondérant pour trancher en faveur de l’adoption de trois résolutions modifiant les mécanismes d’octroi et de contrôle des mandats professionnels de la Ville, le 2 mars dernier, lors d’une séance du conseil municipal tumultueuse marquée par de multiples prises de bec entre les représentants des deux formations politiques en présence.

C’est d’ailleurs avec une vingtaine de minutes de retard que la séance s’est ouverte. Du jamais vu selon plusieurs habitués.

Ce retard inusité laissait deviner de longues délibérations et un climat de zizanie lors de la réunion du comité plénier qui précédait la séance régulière.

Les trois résolutions en question où l’intervention de la mairesse a été nécessaire pour rompre l’égalité des voix (trois votes pour et trois votes contre, étant donné l’absence motivée de deux conseillers) sont l’approbation d’une grille renouvelée de pondération et des critères d’évaluation des soumissions pour des services professionnels, la nomination des membres du comité de sélection pour l’évaluation des soumissions et la mise en place d’un processus de suivi de projets et de gestion des contrats visant à assurer une plus grande rigueur dans le suivi du cycle de réalisation des projets.

Selon Mme Cordato, ces mesures sont adoptées en cohérence avec le projet de loi 76 du ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire (MAMROT) visant notamment à resserrer les règles d’attribution des contrats municipaux à des firmes d’ingénieurs, d’architectes et autres.
«Le réaménagement de la grille de pondération permettra d’élargir la banque de fournisseurs qualifiés et donnera à la ville l’assurance de traiter avec les ressources les plus compétentes», a signifié la mairesse boisbriannaise. «Cela s’inscrit aussi dans un désir de faire les choses différemment», ajoute-t-elle.

Par exemple, la capacité d’innovation des soumissionnaires est une variable dont on tiendra compte dans la grille alors que la connaissance du milieu est un élément qui pèsera moins dans la balance que par le passé.

Quant au comité de sélection, il sera composé du directeur général de la ville ou de son adjoint, du directeur du Service du génie, ainsi que d’un avocat et d’un comptable externes. Leur mandat durera un an.

L’opposition devant le fait accompli

Les membres de l’opposition ont reproché à l’équipe au pouvoir de les avoir «mis devant le fait accompli dans ces dossiers» et de faire fi de sa promesse électorale de transparence.

En répartie à la dissidence enregistrée par les conseillers à l’opposition face aux résolutions à adopter, la mairesse Cordato a évoqué une «résistance au changement».

Une quatrième résolution accordant aux avocats de l’étude Prévost Fortin D’Aoust d’agir comme procureurs de la Ville, de désigner les autres bureaux d’avocats pouvant les remplacer en cas de conflits d’intérêts et demandant à Me Jean-François Gagné, de l’étude Deveau Bourgeois Gagné Hébert, de procéder à la passation des dossiers, a en outre fait l’objet d’un vote divisé. La mairesse Cordato a statué en faveur de son adoption.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top