- PUBLICITÉ -
Une odyssée de 9 125 jours

(Photo Yves Déry)

Une odyssée de 9 125 jours

Atelier Altitude

L’atelier pour personnes intellectuellement handicapées Altitude célébrait un quart de siècle d’existence, le 18 octobre dernier, avec un spectacle intitulé Une odyssée de 9 125 jours, mettant en scène 33 bénéficiaires et donné devant un auditoire de plus de 250 amis et supporteurs de l’organisme désormais formellement reconnu par le ministère de la Santé et des Services sociaux.

L’aventure remonte donc en 1975, alors qu’un groupe de parents d’enfants déficients intellectuels fréquentant l’école des Érables s’inquiétait du peu d’ouverture dans la société pour leur progéniture, une fois rendue à l’âge adulte.

C’est sous leur impulsion que l’Association des déficients mentaux Blainville–Deux-Montagnes lancera le programme Le Tremplin, lequel se scindera en deux points de services, en 1983, l’un à Pointe-Calumet et l’autre à Sainte-Thérèse, pour recevoir huit personnes. Le centre sis dans le sous-sol de l’église Sainte-Thérèse-d’Avila s’agrandira en améliorant son local, baptisé l’Atelier Altitude par l’abbé Pierre Bergevin, le 16 mai 1983, avec une clientèle aujourd’hui passée à 37 personnes.

L’atelier où l’on développe l’artisanat, la couture, mais aussi la cuisine et la danse ira jusqu’à favoriser une participation aux Jeux olympiques spéciaux pendant une dizaine d’années. On y tient aussi un camp de jour et un camp d’été, auxquels s’est ajouté un camp d’hiver depuis deux ans. La socialisation et l’intégration à travers les travaux manuels constituent l’activité quotidienne, sous supervision d’une équipe d’intervenantes complétée par des stagiaires, à raison de cinq jours par semaine.

Et tout ce beau monde s’est impliqué à fond, au cours des neuf derniers mois, afin de monter ce spectacle théâtral et multimédia inspiré par les habitudes télévisuelles des bénéficiaires, une idée originale scénarisée par Stéphanie Ruel et appuyée par son équipe constituée de Danielle Thinel, Diane Lapalme, Latifa Adani, Lorraine Comeau et Valérie Boucher, lesquelles ont mis en scène une satire de huit émissions de télévision telles que La Petite vie et Franfreluche, tout comme Star Académie et Mongrain de sel.

Même les changements de scène et de décor étaient occupés par des vidéos de satires publicitaires de McDonald’s et du lait, de même qu’un pastiche des Têtes à claques, en somme un spectacle très élaboré qui a été chaudement applaudi avec, dans cette grande claque, une bonne tape dans le dos des intervenantes, dont on devinait l’investissement colossal, du type qu’on ne peut demander à une équipe qu’une fois par quart de siècle.

Mais, une fois la fête célébrée et le spectacle consommé, la vie reprendra simplement au sous-sol de l’église Sainte-Thérèse-d’Avila, avec aussi de la poterie et des parties de quilles, ainsi que nombre d’activités notamment destinées à la stimulation du langage.
«Il n’y a pas eu une journée de tournage ou je n’ai pas ri. Ce fut un plaisir du début à la fin», de témoigner celle qui a écrit et mis en scène ce spectacle, et Stéphanie Ruel de conclure en alléguant que «travailler avec la gang de l’atelier est synonyme de bonheur.»

Vous pouvez joindre l’Atelier Altitude en composant simplement le 450-437-5053, du mardi au vendredi.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top