- PUBLICITÉ -
Un Beau Lundi symphonique

(Photo Yves Déry)

Un Beau Lundi symphonique

Boisbriand

Une lune ronde et pleine, la trentaine de musiciens de l’Orchestre symphonique des Basses-Laurentides et le chef Jean-François Renaud, tout de blanc vêtu, devant quelque 500 mélomanes réunis dans le parc René-Lévesque, on ne pouvait faire mieux pour clôturer la série des Beaux Lundis d’été de la Ville de Boisbriand, avec pyrotechnie en prime.

Les organisateurs ne l’ont pas eu facile avec la météo cet été, mais tout était parfait pour permettre à l’orchestre semi-professionnel de conquérir une foule visiblement satisfaite de cette grande finale.

«La répétition avait été catastrophique, de raconter avec humour le chef, au lendemain de sa prestation, mais ils ont été vraiment bons tout au long du concert, même impressionnants», de conclure Jean-François Renaud, pour qui de grands projets se préparent dans un très proche avenir.

En effet, le jeune chef d’orchestre s’est à ce point fait valoir au cours des dernières années, qu’il bénéficiait récemment d’une subvention conjointe de 14 000 $ du Conseil des arts et des lettres avec le Conseil régional des élus, ainsi que le Conseil de la culture des Laurentides, via le Fonds jeunesse, afin de présenter ses propres compositions en compagnie de l’Orchestre philharmonique du Nouveau Monde, qu’il dirigera le 16 octobre prochain à l’église de Saint-Eustache.

Il sera donc le chef invité du concert intitulé Percevoir l’imaginaire, dans cette très belle église à l’acoustique exceptionnelle, pour un poème symphonique sur un thème médiéval.

Vous y entendrez en primeur trois compositions de Jean-François Renaud pour grand orchestre, avec les pièces Escape from the dragon, Sur le dos d’un oiseau et La Joute. «Il m’a fallu six mois pour écrire vingt minutes de musique», de commenter celui qui joue de tous les instruments, sauf le violon, et qui n’a jamais eu pour seul et unique but dans la vie que de diriger un orchestre.

Et il y aura aussi, ce soir-là, une partie soliste avec la violoniste Caroline Chéadé, récipiendaire du Prix d’Europe, laquelle s’exécute sur un Stradivarius fabriqué en 1717 d’une valeur de 4,3 M$, fourni par la Banque d’instruments du Canada. C’est vous dire la virtuosité de cette jeune musicienne.

On retrouvera également au programme les trois mouvements du concerto de Fritz Kreisler, de même que la 7e Symphonie de Beethoven et, puisque le chef aime les trames filmiques, Pirates des Caraïbes en clôture. «C’est un cadeau en rappel pour le plaisir du public», de s’avancer le maestro.

Vous pouvez vous procurer les billets sur le réseau Admission pour la somme de 30 $, tout comme à l’entrée, le soir même.

Il faut aussi savoir que Jean-François Renaud dirige l’Harmonie Vents du Nord, dans les Laurentides, et que l’Orchestre symphonique des Basses-Laurentides tient ses répétitions à la Maison du citoyen de Boisbriand, au 955, boulevard de la Grande-Allée, là où auront lieu les prochaines auditions d’instrumentistes, le 12 septembre.

Pour plus d’information, il vous suffit d’écrire à l’adresse électronique osbl@live.ca.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top