- PUBLICITÉ -
Entête - Culture

Toc Toc: une heure avec des toqués

Théâtre

Un toc, c’est l’acronyme pour «troubles obsessionnels compulsifs» et, en ce qui concerne les six personnages en attente dans le cabinet du docteur Stern, leurs manies s’avèrent particulièrement envahissantes, ce qui les amène chez ce psychiatre qui a la réputation de guérir ses patients en une seule séance.

Il s’agit en fait d’une pièce de Laurent Baffie défendue par nombre d’excellents comédiens tel Edgard Fruitier, que l’on trouve sous le projecteur dès le début et qui demeure seul dans le rond de lumière à la toute fin, pour confirmer que c’est toujours un fou qui soigne les autres et souvent sans qu’ils ne s’en rendent compte.

La progression comique de cette comédie humaine est vraiment très bien structurée, dans le texte comme en vertu des situations qui éclatent, et les comédiens n’ont qu’à coller aux répliques pour suivre une progression comique qui culmine vers la chute, laquelle nous réserve une ultime explication à tout ce déploiement d’énergie, parce que le jeu est aussi très physique pour quelques personnages dont l’un d’eux donne fort habilement dans l’acrobatie.

Marcel Leboeuf, dont le personnage souffre d’arithmomanie, tient l’un des rôles majeurs et l’un des plus grands plaisirs de cette production, présentée vendredi dernier par le Théâtre Lionel-Groulx, était de voir de jeunes comédiens briller à ses côtés avec des tics, pardon, des tocs de nosophobie comme de coprolalie.

Même la mémé obsédée de sécurité (Élizabeth Chouvalidzé) réagit au quart de tour parmi ces gentils compulsifs qui s’administreront joyeusement la thérapie sans trop s’en rendre compte.

Dans le genre théâtre d’été, c’est un petit chef-d’œuvre.

Une Maison propre, le 10 avril

Vous vous en voulez d’avoir loupé cette occasion de rire? Pas grave, vous pouvez toujours compter sur le Théâtre Lionel-Groulx pour vous relancer et, ce samedi 10 avril, ce sera dans Une Maison propre, une pièce de Sarah Ruhl mise en scène par Martin Faucher, une production du Théâtre de l’Opsis.

La vie n’est guère plus facile pour une humoriste brésilienne que pour tout autre travailleur immigrant et Mathilda devra se faire femme de ménage, en attendant la gloire sur scène.

C’est donc dans la maisonnée d’un couple de médecins blasés qu’elle sévira, en redonnant un sens à leur vie, comme à la mort, dans une comédie que l’on dit drôle, acide, insolite et tendre.

Pour réserver vos places, il suffit de passer via le site www.theatrelg.com, ou tout simplement téléphoner au 450-434-4006.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top