- PUBLICITÉ -
Entête - Culture

The International Guitar Night au TLG

Le dimanche 23 novembre

La formule sera de retour, le dimanche 23 novembre au Théâtre Lionel-Groulx, alors que les quatre guitaristes du groupe de production The International Guitar Night monteront sur les planches, à compter de 20 h, pour un spectacle qui se distinguera par son côté baroque et pour une rare fois très féminin.

Il s’agit en fait d’un regroupement de virtuoses de la guitare acoustique sous toutes ses formes et dans des styles variés qui s’associent, au hasard des représentations, pour interpréter des compositions solistes certes, mais aussi pour se commettre en duos avec une grande finale toujours en quatuor.
À défaut de parler de tradition, on peut tout de même dire qu’il s’agit d’une collaboration très attendue par les mélomanes de la région entre l’association de guitaristes et notre diffuseur, un spectacle qui s’avère un incontournable de cette tournée internationale.

Parmi les guitaristes que nous avons vus au cours des années passées, seul le fondateur du mouvement, Brian Gore, nous revient avec son style que l’on qualifie de nouveau finger style, toujours très romantique et joué tout en harmonie sur cordes métalliques.

L’autre gars de la formation, l’Ontarien Andy Sheppard, a une grande parenté avec Brian Gore, mais avec une véritable obsession pour les mélodies sud-africaines, qu’il découvrait lors d’un spectacle torontois de Paul Simon. Il a notamment développé sa virtuosité à l’Université McGill, c’était au moment de son premier album intitulé Eclectic guitar. Ses performances en slide guitar sont absolument à entendre.

Deux femmes amèneront une touche baroque au spectacle sur des cordes de nylon pincées avec une grande précision.

D’Argentine, Cecilia Zabala chante en plus d’être une guitariste exceptionnelle et elle passe avec charme du grand classique à la bossa-nova, en compagnie de Brian Gore. Elle forme aussi un duo on ne peut plus naturel avec Dale Kavanagh et il faut dire que cette dimension toute féminine confère un intérêt supplémentaire à la représentation.

Quant à cette dernière, la Canadienne Dale Kavanagh, il suffit d’entendre sa composition intitulée Contemplation fuego pour en redemander; la dextérité est majestueuse et l’inspiration très profonde.

On regrette toutefois quelque peu que le Québécois Antoine Dufour ne soit pas du spectacle, avec son taping époustouflant; semble-t-il que nul n’est prophète en son pays.

Pour réservations, il vous suffit de passer via le site Internet [www.theatrelg.com], ou de composer le 450-434-4006.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top