- PUBLICITÉ -
Entête - Culture

Sous la loupe d’André Sauvé

Au Théâtre Lionel-Groulx les 2 et 3 septembre

Homme au parcours particulier (il a enseigné le Bharat Natyam, la danse classique de l’Inde, pendant près de dix, a fait du mime, de la radio et de la consultation avant d’aboutir sur la scène, en tant qu’humoriste), André Sauvé affirme n’être guidé par une seule passion: sa fascination pour le fonctionnement humain.

«Ça peut sembler hétéroclite comme parcours, mais tout est relié. Tout ce que j’ai fait dans ma vie m’a toujours servi dans ce qui venait ensuite», affirme-t-il d’un ton posé. À mille lieues, vous l’aurez deviné, du personnage délirant et quasi hystérique auquel il nous a habitués.

Parce qu’il est là le paradoxe d’André Sauvé. «Contrairement à ce que les gens pensent, je ne suis pas quelqu’un qui parle beaucoup», lâche-t-il. Qui l’eût cru? «C’est pourtant vrai. Dans un souper, le gars qui ne parle pas, c’est moi. Je suis plutôt du genre low profile», assure-t-il.

Sur scène, c’est évidemment autre chose. Bienvenue alors dans le monde d’André Sauvé. Un univers où tout est exagérément grossi et déformé et où l’extrapolation du moindre trait de caractère devient monnaie courante. «J’aime entrer dans tous les petits replis du cerveau des gens. Mon spectacle, c’est une invitation au voyage où je regarde à travers une loupe», explique-t-il. Du coup, tout devient plus lumineux, plus angoissant, plus absurde aussi…

La suite des choses

À la veille de reprendre le collier de sa tournée, André Sauvé profite présentement de ses derniers jours de vacances. «Tous les ans, je prends mes vacances en août et en janvier. Et je n’ai jamais de difficulté à tout lâcher pour mieux relaxer», affirme-t-il. C’est plutôt le contraire et c’est de retrouver son rythme de travail qui se révèle un peu plus ardu. «Je ne regarde jamais trop loin devant moi. C’est comme escalader une montagne. Je mets un pied devant l’autre et j’avance. Sinon, je capote», plaide-t-il. Suffit de jeter œil sur son horaire de tournée pour comprendre toute la sagesse de sa démarche. Un horaire qu’il affirme pourtant avoir allégé comparativement aux deux dernières années.

Celui qu’on aime voir régulièrement au côté de Marc Labrèche dans l’émission 3600 secondes d’extase, depuis quelques années, et dans Caméra Café a également vécu sa première expérience cinématographique dans Filière 13, cet été. Une nouvelle avenue qu’il souhaite résolument explorer davantage.

D’ici la prochaine occasion, André Sauvé remontera sur scène avec son premier spectacle solo qu’il promène à travers le Québec depuis bientôt deux ans et qui continue de faire courir les foules. De fait, selon ce qui est prévu, André Sauvé aura effectué quelque 300 représentations de ce premier spectacle d’ici juin 2011. Un succès qu’il avait prédit? Apparemment pas. «Jamais je n’avais pensé devenir humoriste. C’est comme le jeu, vous savez, où l’on se colle une carte au milieu du front? Tout le monde voyait qui j’étais et moi j’étais le seul à ne pas savoir que j’avais le deux de pique collé sur le front», termine-t-il en riant.

André Sauvé sera de passage à Sainte-Thérèse les 2 et 3 septembre prochain. Pour réserver vos billets, composez le 450-434-4006 ou tapez le [www.theatrelg.com].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top