- PUBLICITÉ -
oratoire saint-joseph, sainte-thérèse, séminaire, collège lionel-groulx, monument, histoire, restauration

Pierre Leclerc pilote le dossier de l’oratoire au nom de la SHGMI. (Photo Claude Desjardins)

L'oratoire Saint-Joseph, situé en façade du Collège Lionel-Groulx, à Sainte-Thérèse, a besoin d'être restauré. (Photo Claude Desjardins)

Restauration de l’oratoire Saint-Joseph: la Société d’histoire souhaite réactiver le projet

Il fait partie du paysage thérésien depuis plus de 130 ans, voilà que le petit oratoire Saint-Joseph érigé devant la façade principale du Collège Lionel-Groulx, rue Saint-Louis, ressent plus que jamais le poids des années. La Société d’histoire et de généalogie des Mille-Îles (SHGMI) s’inquiète et aimerait bien que cet anniversaire important soit un motif suffisant pour qu’une restauration en bonne due forme soit entreprise.

«Ça fait plusieurs années que ce lieu est désert. Peu de gens le connaissent, bien qu’il soit en lien avec l’histoire du Séminaire de Sainte-Thérèse qui est devenu le Collège Lionel-Groulx. C’est un monument important», affirme Pierre Leclerc, féru d’histoire, qui pilote ce dossier pour la SHGMI et qui rappelle que, tant le Collège que l’oratoire sont reconnus «biens culturels à protéger» en vertu de la Loi sur les biens culturels.

Un peu d’histoire

Pour l’ex-candidat aux dernières élections municipales, à Sainte-Thérèse, l’importance de cet oratoire doit être mesurée à l’aune du contexte religieux de l’époque où il est apparu, c’est-à-dire quelques années après l’incendie de 1881, qui avait complètement rasé le Séminaire. Le supérieur de l’institution, Antonin Nantel, à la suite d’un bref conciliabule avec le Curé Labelle et Mgr Édouard-Charles Fabre, évêque de Montréal, en avait immédiatement lancé la reconstruction, sans moyens, mais sur un acte de foi, promettant d’ériger un oratoire à Saint-Joseph si l’on parvenait à réunir les fonds nécessaires. Faveur obtenue.

«Pour la reconstruction du séminaire, des collectes ont été organisées partout dans le Canada français. Entre-temps, la communauté de Sainte-Thérèse est devenue, de 1881 à 1883, un véritable campus alors que les classes ont été hébergées dans certaines maisons du Village. C’est parce que les élèves circulaient le soir d’un bâtiment à l’autre qu’on a aménagé les premiers systèmes d’éclairage de rue, à Sainte-Thérèse», poursuit l’intarissable Pierre Leclerc.

Pour ce qui est de l’oratoire, il a fallu attendre un peu, jusqu’à ce que le curé de Saint-Jean, Fortunat Aubry, joue les mécènes en faisant un don de 4 000 $. La construction a débuté au printemps 1886 et l’inauguration a eu lieu le 5 octobre 1888. «C’est devenu un lieu de pèlerinage. Jusque dans les années 1960, deux fois par an, les portes étaient ouvertes aux étudiants et au grand public», relate M. Leclerc. Les gens pénétraient l’enceinte et pouvaient se recueillir sur la sépulture du curé Ducharme et lire les inscriptions latines qui en ornaient les murs pour évoquer l’œuvre de ce dernier. Un autel en marbre, des reliques de deux saint martyrs catholiques et une statue de Saint-Joseph (voir autre texte) s’y trouvaient également.

Demande de subvention

Aujourd’hui, le bâtiment qui demeure le lieu de sépulture du curé Charles-Joseph Ducharme, fondateur du Séminaire, est dans un tel état de délabrement qu’on l’a entouré d’une clôture et que des câbles de métal ont été installés pour en contenir la structure. À l’intérieur, des traces du saccage étudiant de 1969 subsisteraient également.

Or, la SHGMI est bien au fait qu’une demande de subvention a été adressée, par le Collège, au ministère de la Culture et des Communications du Québec, en 2016, dans le cadre du volet 5 du Fonds du patrimoine culturel québécois. Cette information est validée par la coordonnatrice des communications de l’institution, Julie Loyer, avec une nuance importante : «C’est une demande qui touche la restauration de l’oratoire, mais aussi de l’aile Ducharme, dont le toit d’ardoise, par exemple, doit être réparé, tout comme l’escalier de l’entrée principale.»

Voilà donc qui expliquerait les délais que d’aucuns jugent inopportuns. «Mais le dossier va bien. Les discussions ont repris», dit-elle, précisant qu’on en est à préciser certains détails architecturaux et que cette partie du dossier est en voie d’être conclue. Une fois la subvention en poche (si la demande est acceptée), il faudrait lancer l’étape des soumissions avant de penser donner un seul coup de pioche. Difficile, donc, de prévoir une date pour une éventuelle coupure de ruban. «Si ça arrivait cette année, nous en serions enchantés», de dire Mme Loyer.

Pour sa part, dans un courriel adressé à Pierre Leclerc, le député de Groulx, Claude Surprenant, s’engage également de la sorte : «Nous avons un grand souci du patrimoine et de sa préservation. Dès le retour en Chambre (6 février), nous obtiendrons une mise à jour de la demande auprès du MCCQ.»

On aimerait bien que le dossier soit réactivé, d’autant plus que 2018 est une année significative non seulement pour l’oratoire (130 ans), mais aussi parce qu’on soulignera le 165e anniversaire de la mort de Charles-Joseph Ducharme et le 135e anniversaire de l’inauguration du nouveau collège.

Enfin, Pierre Leclerc signale la volonté de la Ville de Sainte-Thérèse de soutenir financièrement les activités de mise en valeur, de sensibilisation et d’animation qui seraient organisées par la SHGMI suivant la restauration de l’oratoire. Une enveloppe de 15 000 $ répartie sur trois ans a ainsi été consentie.

Array
- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top