- PUBLICITÉ -
Entête - Culture

Nöyze signe un premier album

C’est à la fois l’aboutissement d’un projet artistique et la poursuite d’un engagement social que l’on célébrait, ce lundi, avec le lancement de From here on out, le tout premier album du groupe Nöyze.

Si le nom vous dit quelque chose, c’est qu’on vous a souvent parlé de ces musiciens qui habitent tous la région et qui, en plus de faire leur marque sur la scène musicale (le groupe a notamment remporté la finale montréalaise du concours Emergenza, en 2013), sont associés depuis 2011 au Studio de la relève, un OSBL rosemérois à qui l’on doit notamment la paternité du concours Paroles et musique.

Ce concours, tenu dans les écoles secondaires de la région, permet aux étudiants de proposer des textes poétiques qui sont mis en musique par des musiciens régionaux, comme c’est le cas pour Nöyze, notamment. Une participation à ce concours, soumet le fondateur du Studio de la relève, Christophe Danetz, peut fournir à un décrocheur potentiel l’occasion de vivre une expérience valorisante, de donner un sens à l’école et d’y prendre plaisir.

Pour M. Danetz, le lancement de cet album vient aussi fournir la preuve que son organisme peut désormais offrir un environnement professionnel à tous les musiciens émergents qui atteignent ce niveau dans leur évolution artistique.

From here on out

C’est donc un album contenant dix chansons, toutes en anglais, que proposent les gars de Nöyze, à commencer par le chanteur et guitariste Adrien Harvey, lequel pivote un groupe qui mise sur les talents conjugués du guitariste Alexis Danetz, du bassiste Chester Alarie, du claviériste Louis-Philippe Poisson et du batteur Mat Roots.

Tous sont excellents et proposent un rock planant, construit sur des structures simples, des motifs généralement créés à la guitare et sur lesquels chacun y va de sa contribution (batterie bien appuyée, des solos qui s’étirent langoureusement à la guitare, notamment), on joue avec les sons et les ambiances jusqu’à l’ambiance désirée, jusqu’au consensus.

Les thèmes sur lesquels on joue de la plume tournent autour de l’idée du renouveau, de la vie qui change, tant sur le plan émotionnel que dans les relations interpersonnelles, sur l’idée que l’on doit parfois passer à autre chose.

«On a écrit des chansons qui peuvent se jouer autour d’un feu, avec une guitare. On gratte des accords, on y met la voix, on échange nos idées, tout se fait en groupe et démocratiquement», indique Adrien Harvey. Le guitariste Alexis Danetz ajoutera que la même dynamique anime les mebres du groupe en studio. «Nous aimons tous la même bonne vieille musique, dit-il. Nous ne sommes pas des fervents de trucages. Ce que vous entendez sur l’album, c’est ce qu’on est capable de jouer.»

Prophète en son pays

Bien entendu, les membres de Nöyze souhaitent maintenant se faire connaître du plus large public possible et aimeraient bien se faire prophètes en leur pays en multipliant les apparitions sur les scènes locales. «Beaucoup d’artistes doivent aller faire carrière ailleurs, alors ce serait bien que le contraire se produise. Il y a beaucoup de diffuseurs et de salles de spectacles dans la région», plaide Christophe Danetz.

Sachez au moins que l’album de Nöyze est vendu chez HMV et que l’on a même accès à un premier clip, celui de la chanson Trap, qui a été vu des milliers de fois sur Youtube, mais peut-être pas encore par vous.

Vous pouvez également visiter le site Web du groupe, au [http://noyzemusic.com].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top