- PUBLICITÉ -
Maux Z’Arts : ça libère!

La coupe (techniques mixtes), de Diane Dubois.

Maux Z’Arts : ça libère!

On a lancé l’événement Maux Z’Arts, l’exposition qui fait du bien!, ce lundi 2 mai à la Maison Lachaîne, et hâtez-vous de vous y rendre puisque sa durée est brève, ce qui n’enlève rien à son caractère libérateur.

Organisée par la Table de concertation en santé mentale de Thérèse-De Blainville, l’exposition regroupe les œuvres d’une vingtaine d’artistes qui doivent ou qui ont dû composer avec la maladie mentale au cours de leur vie.

L’événement, d’ailleurs, coïncide avec la tenue de la Semaine de la santé mentale, qui se poursuit jusqu’au jeudi 5 mai. «C’est l’occasion pour nous de sensibiliser la population au phénomène tout en invitant les gens à prendre soin de leur santé mentale», exprime Sonia Charbonneau au nom de la Table de concertation, avant d’ajouter que Maux Z’Arts avait été mis sur pied  afin de permettre à ces artistes (qu’on désigne comme des amateurs, bien que certains soient manifestement à l’aube d’une réelle démarche) d’exprimer leur talent et de montrer leurs compétences.

La pratique artistique les aide également à laisser aller le trop-plein, précise-t-elle. «C’est notre quatrième année, dit-elle, et c’est devenu un rendez-vous pour certains d’entre eux». À tel point, d’ailleurs, qu’on est désormais contraint de procéder à une sélection, ce que confirme la qualité des œuvres exposées.

Épanouis-toi… grâce au karaté

C’était aussi l’occasion, pour les participants au projet Épanouis-toi, de présenter un numéro de karaté, une sorte de kata théâtral mis au point par sensei Mari-Lou Crête, de l’École martiale de Blainville. Ce projet imaginé par Philippe Keller a pris forme il y a deux ans et, à la couleur des ceintures que portaient les karatékas, il semble qu’une certaine pérennité soit en train de s’installer. On y trouve un espace où, après avoir connu un épisode de maladie mentale, on peut utiliser le karaté comme un outil thérapeutique afin de reprendre possession de son corps, de son pouvoir et de repartir en action dans la vie, a-t-on résumé avant de présenter un exercice pour le moins probant.

Les 7 astuces

De son côté, Sébastien Champagne, de l’organisme La Licorne, a rappelé que, peu importe notre âge, notre santé mentale nous suit partout : à la maison, aux études, au travail, au sein de notre famille et au milieu de nos amis. Il a énuméré les 7 astuces pour être bien dans sa tête, telles que proposées par le réseau québécois de l’Association canadienne pour la santé mentale, à savoir : s’accepter, agir, ressentir, choisir, découvrir, créer des liens, se ressourcer. Il s’agit somme toute d’un parcours à emprunter lorsque survient la maladie mentale et qu’on souhaite s’en sortir.

Roger Barrette, du Comité jeunesse en santé mentale, un organisme orienté depuis 15 ans vers des activités de prévention du suicide, la Semaine nationale de la santé mentale est l’occasion de distribuer aux jeunes de la région de l’information concernant les ressources offertes en santé mentale. «Au cours des prochains jours, nous remettrons 2 500 signets, de main à main, à des jeunes qui ont des difficultés. Ça permettra de les orienter vers les bonnes ressources», dit-il.

La Table de concertation

À noter que la Table de concertation en santé mentale de Thérèse-De Blainville regroupe des représentants de différents organismes et institutions préoccupés par la santé mentale. On y retrouve tant des gens du réseau de la santé et des services sociaux, des institutions scolaires, des organismes communautaires que des services policiers. Ensemble, ils partagent leurs connaissances et leur expertise afin de mieux réagir et agir face aux problèmes de santé mentale vécus par la population.

L’événement Maux Z’Arts, l’exposition qui fait du bien!  se poursuit jusqu’au jeudi 5 mai, période au cours de laquelle la Maison Lachaîne, sise au 37, rue Blainville Ouest à Sainte-Thérèse, sera ouverte de 11 h à 16 h 30.

Vous y trouverez également des bénévoles qui vous renseigneront sur les ressources de la région, ainsi que des dépliants d’information sur la santé mentale.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top