- PUBLICITÉ -
Les paroissiens en faveur de la vente du bâtiment

(Photo Yves Déry)

Les paroissiens en faveur de la vente du bâtiment

Sauvegarde de l’église de Sainte-Anne-des-Plaines

Dans une ultime tentative de sauver l’église de Sainte-Anne-des-Plaines, les marguilliers de la paroisse Sainte-Anne ont tenu une assemblée, le dimanche 25 octobre dernier. Animée par le président de la fabrique, Patrick Boisvert, l’assemblée aura réuni 180 personnes.

Au menu, un retour sur les évènements qui ont marqué la dernière année, la situation budgétaire 2009, l’évolution des démarches depuis la dernière rencontre (7 décembre 2008) et l’avis des paroissiens concernant la suite des choses. «L’avenir de notre église se dessinera au fur et à mesure de nos démarches, de l’implication de tous et des enjeux souhaités», a d’emblée pointé M. Boisvert.

Depuis janvier 2009, un comité de financement a donc été mis sur pied, lequel a commandé plusieurs rencontres de janvier à mai; des visites de paroisses ayant développé des projets de sauvegarde de leur église ont été effectuées, à Villeroy, notamment, et des consultations avec plusieurs entités (diocèse et municipalité, entre autres) ont été tenues.

Tout cela aura essentiellement permis aux marguilliers d’élaborer et présenter aux paroissiens la proposition suivante: «Que des citoyens de la Ville de Sainte-Anne-des-Plaines développent la Société du patrimoine (nom temporaire) sous la forme d’un organisme sans but lucratif (OSBL); Que la Fabrique vende le bâtiment de l’église à cet OSBL; Que l’OSBL travaille au suivi de la rénovation du bâtiment et à la rentabilisation de celui-ci en développant des projets mobilisateurs pour l’ensemble des citoyens de la municipalité et de la paroisse Sainte-Anne.»
«Parce que si rien n’est fait, l’église de Sainte-Anne-des-Plaines sera fermée et possiblement détruite d’ici un an», a prévenu M. Boisvert. De fait, dans l’état actuel des choses, le bâtiment deviendra rapidement inopérable, principalement à cause du piètre état des clochers, des fenêtres et du plâtre au plafond, sans compter le risque de voir l’assureur se retirer carrément du dossier.

Cette proposition repose également sur le fait que bien des gens, selon M. Boisvert, ont signifié leur intérêt à contribuer à la sauvegarde de l’église, à la condition expresse que le bâtiment n’appartienne plus à la paroisse.

Rappelons que la remise en état de l’église nécessiterait des investissements de l’ordre de 2,3 millions de dollars. Selon le Programme de reconnaissance des bâtiments historiques, le gouvernement du Québec pourrait subventionner 66 % de la facture, ramenant la portion de la paroisse à quelque 750 000 $.

Appel à la mobilisation de la population

Au terme de l’assemblée, les paroissiens ont été invités à se prononcer, par la tenue d’un vote secret, en faveur ou non de la vente du bâtiment (église) à un organisme sans but lucratif. Sur les 180 personnes dont la présence a été enregistrée, 178 se sont prévalues de leur droit de vote. De ce nombre, 141 se sont prononcées en faveur de la vente de l’église, 32 ont répondu non et 5 ont annulé leur vote. Les gens intéressés à s’investir dans la création de la Société du patrimoine ont 30 jours pour se manifester auprès de Patrick Boisvert, au 450-478-1525.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top